Popcorn Time disparaît. Du moins, l’une de ses manifestations. Tôt ou tard, le flambeau sera repris.

Un Popcorn Time est mort, un autre prendra certainement sa place. C’est en somme ce que l’on peut retenir pour la fameuse plateforme de téléchargement illégale. Car début 2022, l’un de ses derniers avatars, auquel on accédait avec l’adresse popcorn-time.tw, a disparu du net. Seule une image d’adieu se trouve désormais sur la page d’accueil du site.

La page montre ce qui est présenté comme l’évolution de l’intérêt des internautes pour Popcorn Time depuis début 2015, un intérêt qui s’est effondré au cours des dernières années, d’après le graphique . Cette chute brutale étant mise en avant sur le site, on doit en déduire que c’est la raison qui a poussé les gérants de popcorn-time.tw de laisser tomber.

Popcorn Time
La chute a été brutale et permanente. Popcorn Time ne s’en est visiblement jamais remis. // Source : Capture d’écran

Popcorn Time, le Netflix des pirates

C’est au milieu des années 2010 que Popcorn Time a été au faîte de sa gloire, avec une effervescence particulière autour de ce projet, qui se présentait comme un service de streaming illégal, jusqu’au point d’être surnommé le « Netflix du piratage ». Mais de streaming, il n’en était pas question : il en simulait les caractéristiques, car tout passait par BitTorrent.

Pour qui ne sait pas ce que c’est, BitTorrent est un protocole de communication pour des échanges de pair à pair (P2P). Des internautes se regroupent pour télécharger un même fichier, à partir d’une (puis plusieurs) source qui l’a intégralement. Au fur et à mesure que d’autres complètent le fichier, les morceaux sont ensuite repartagés avec le reste des participants.

Comment expliquer l’effondrement de Popcorn Time ? Sans doute est-ce une combinaison de facteurs, à commencer par la concurrence de l’offre légale, via les services de vidéos à la demande par abonnement (SVOD), qui donnent accès à des catalogues plus ou moins étoffés pour une dizaine d’euros par mois. En France par exemple, Netflix est arrivé en 2014.

Un Popcorn Time disparaît, jusqu’à ce qu’un autre le remplace
Popcorn Time permet d’accéder à des films fournis illégalement, en simulant un service de streaming.

On peut aussi relever la rivalité entre sites illicites eux-mêmes, que ce soit dans le streaming (ou l’imitation du streaming, dans le cas de Popcorn Time), ou dans la façon de consommer illégalement des œuvres culturelles. Les services spécialisés d’hébergement de fichiers sont également très courus pour partager des films, des séries ou des dessins animés.

La disparition de Popcorn Time, signalée le 4 janvier par Bloomberg, pourrait faire croire que c’est une page du piratage sur le net qui se tourne. Mais ce serait aller un peu vite en besogne : l’histoire de ce service s’avère justement jalonnée de disparitions et de renaissances, de successeurs et de « forks », sans que l’on ne sache pas toujours bien qui est derrière quoi.

D’autant qu’un héritier n’aura pas besoin de repartir d’une feuille tout à fait vierge : la communauté existe, à l’image de cette section dans Reddit, ainsi que le code source, sur GitHub. En somme, il ne reste qu’à acheter un nom de domaine pour soutenir l’ensemble. Du moins, pour qui n’a pas peur de se mettre les ayants droit sur le dos, avec tous les risques que cela implique.