Asus a conclu sa conférence du Computex 2018 avec un « one more thing » : une machine développée avec Intel et Microsoft équipés de deux écrans.

Asus est l’une de ses marques à qui on ne peut pas reprocher un manque d’imagination. Au fil des ans, le constructeur a montré qu’ils pouvaient créer de nouveaux types de produits. On s’en souvient peu, mais la première tablette 2-en-1 avec clavier détachable était l’Asus Transformer sous Android.

Au Computex 2018, le salon de l’informatique à Taipei, le fabricant taïwanais sait qu’il joue à domicile et a donc voulu créer l’événement avec la présentation de Project Precog, un concept PC.

Intelligence artificielle et doubles écrans

Comme les concept cars dans l’automobile, la machine dévoilée par Asus ne devrait pas être commercialisée de si tôt. Elle permet de servir de vitrine technologie au fabricant et montre la direction qu’il souhaite prendre à moyen terme.

Project Precog, pour « préognition » ou l’art de connaitre le futur, mise sur un second écran, qui remplace le clavier physique et le touchpad, et sur l’intelligence artificielle pour se démarquer des ultrabooks classiques. La machine est aussi un convertible : les deux écrans peuvent donc tourner autour de la charnière pour adopter plusieurs modes.

Elle intègre aussi une puce Intel Movidius. Il s’agit d’un processeur spécialisé dans l’interprétation des images, un secteur très important de l’intelligence artificielle. Asus n’a évoqué qu’un seul usage de cette technologie : la détection des claviers et souris sans-fil autour de l’ordinateur pour afficher ou non le clavier virtuel tactile sur le second écran.

Une vitrine technologique, mais pas un produit

Esthétiquement et technologiquement parlant, Project Precog impressionne. Il remplit donc son rôle de vitrine technologique. En revanche on a du mal à imaginer que cela pourrait devenir un produit. Après tout, Acer s’y est déjà cassé les dents.

L’Acer Iconia Dual Touchscreen sortit en 2011

Au final, Asus n’a pas vraiment réussi à nous convaincre avec des cas d’usages concrets. Qui veut vraiment d’un deuxième écran sur un ordinateur portable, et pour quoi faire ? La marque y répond en imaginant deux personnes jouant à un jeu tactile réparti sur chaque écran, ou avec un mode livre dont la démo sent bon le début des années 2010 et la sortie de l’iPad.

Concernant l’intelligence artificielle, c’est encore pire. Le mot semble avoir été balancé dans la description du concept parce qu’il est dans l’air du temps, et parce qu’Intel avait besoin de faire de la publicité pour son nouveau processeur…

Partager sur les réseaux sociaux