Plutôt que de les supprimer en même temps que la fermeture de votre compte, Vero conserve vos publications de manière anonyme.

Après un lancement en grande pompe, Vero a perdu l’amour rapide et oscillant du grand public. Le réseau social qui se présentait comme plus libre et plus juste qu’Instagram, notamment pour les artistes et les influenceurs, a subi les turbulences d’un lancement sous-dimensionné avant de faire face à de nouvelles critiques. La première concernait le processus de désinscription, lent et complexe pour un service web qui se prétend moderne. La seconde a émergé ce week-end et est peut-être plus problématique pour les utilisateurs — notamment les artistes que Vero visait.

En effet, quand vous supprimez votre compte, Vero conserve vos publications et vos médias dans la timeline des utilisateurs. Cela signifie qu’on peut encore y accéder même si vous avez quitté le réseau social. Ce n’est déjà pas ce qu’on peut faire de mieux en termes de processus de désinscription, mais Vero fait encore pire en rendant les publications anonymes. Cela signifie que si vous avez publié une illustration, une création ou une photographie, elle sera désormais attribuée à « Compte supprimé ». Autant pour les crédits et la reconnaissance des auteurs et des autrices.

Nous avons reproduit les accusations formulées à l’encontre de Vero sur un compte de test que nous avons supprimé. La photo est bien en ligne et accessible. Et si Vero ne décide pas de réparer ce dysfonctionnement tout seul, il est impossible pour le possesseur du compte qui a été supprimé de retrouver son compte et ses publications pour les supprimer après coup.

Si vous choisissez donc de quitter Vero, supprimez vos publications avant la désinscription.

Partager sur les réseaux sociaux