Le huis-clos d’épouvante revient pour dix nouveaux épisodes, toujours impeccablement dirigés. L’aura du réalisateur de Sixième sens plane toujours sur cette série oppressante et fascinante, quoique parfois excessive.

L’abonnement à Apple TV+ coûte 4,99€/mois après une période d’essai gratuite de 7 jours

La famille la plus effrayante du petit écran est de retour ! Après deux premières saisons un peu dingues, le karma semble s’être apaisé pour les Turner. Leur bébé, Jericho, a enfin été retrouvé et n’est plus une poupée de chiffon. Leanne a repris sa place dans le foyer, en s’occupant du nouveau-né avec amour. Dorothy et Sean mènent une vie de couple plus apaisée, tandis que Julian s’est lié à une nouvelle petite amie. Tout va bien dans le meilleur des mondes, en somme.

Sauf que l’on parle ici de Servant, sur AppleTV+, qui a offert de sérieux moments d’épouvante au fil de ses épisodes, magnifiés par la patte de M. Night Shyamalan. Le cinéaste, connu pour ses twists inoubliables au cinéma, produit toujours la série et réalise même le premier épisode de cette troisième saison.

Descente dans la folie

À renforts de gros plans sur les visages de ses personnages, de séquences consacrées à des détails ou de portes qui claquent, il parvient à instaurer l’horreur dans chaque élément porté à l’écran. Comme dans les précédents épisodes, la sphère domestique des Turner, qui devrait pourtant être un environnement rassurant, prend des airs d’angoisse. Cette famille dysfonctionnelle, qui a vécu un drame innommable par le passé, tente à chaque instant de ne pas s’effondrer. Dorothy, Sean, Leanne, Julian, tous ces personnages que l’on connaît si bien depuis la première saison, sombrent chacun à leur manière dans une folie dévastatrice. Depuis ses débuts, Servant réussit d’ailleurs le tour de force de nous accrocher à des protagonistes tous plus détestables les uns que les autres.

Servant_Photo_030201
Leanne sombre davantage dans la paranoïa dans cette troisième saison // Source : Apple TV+

Chacun d’entre eux tente tant bien que mal de remiser ses douleurs personnelles au placard pour faire bonne figure en société, tout en usant d’humour noir pour désamorcer des situations explosives. Ces fêlures psychologiques rappellent évidemment celles des personnages de Glass, du Village ou de Signes, tous réalisés par M. Night Shyamalan. Autres motifs récurrents chez lui que l’on retrouve dans Servant : la pluie, toujours annonciatrice d’événements terrifiants, les communautés religieuses fanatiques ou les couleurs jaunâtres, inspirant la peur façon Split.

Une bouffée d’air frais

Bien sûr, le cinéaste n’est pas le seul à diriger les épisodes de Servant. En saison 2, la Française Julia Ducournau (Grave, Titane) avait déjà apposé son savoir-faire en matière d’épouvante. Un autre nom familier avait également fait son entrée pour quelques épisodes : celui d’Ishana Night Shyamalan, qui marche dignement sur les traces de son père.

Cette saison, elle réalise un nouvel épisode (le second) qui voit Leanne tomber dans la paranoïa. Après les événements traumatiques de la deuxième saison, cette nounou d’enfer aux pouvoirs surnaturels redoute que les membres de sa secte religieuse ne retrouvent sa trace. Entre hallucinations et réalité, son évolution aussi psychotique que macabre est au cœur de cette troisième plongée dans la vie des Turner.

Et pour la première fois, Leanne et les autres sortent enfin de leur maison écrasante. Les scènes dans le monde extérieur donnent un nouveau souffle à cette série très enfermée dans de nombreuses pièces glauques depuis ses débuts. Le huis-clos prend une toute nouvelle dimension, donnant davantage de liberté à ses personnages. Le cinquième épisode, virevoltant, permet ainsi à Leanne de se lâcher pour la première fois depuis longtemps, lors d’une fête foraine de quartier. Bien sûr, l’angoisse guette toujours au coin de la rue, mais elle prend justement plus d’ampleur à l’air libre. Le malaise est palpable, menaçant chaque instant de potentiel bonheur.

Servant_Photo_030301
La famille dysfonctionnelle de Servant // Source : Apple TV+

Vers une conclusion satisfaisante ?

Cette troisième saison renouvelle ainsi notre intérêt pour cette série remarquable. Si le deuxième volet avait laissé un goût d’inachevé, les cinq épisodes que nous avons pu visionner montrent au contraire que la maîtrise des débuts est toujours présente. M. Night Shyamalan semble déterminé à mener son projet sur quatre saisons en tout, contre six prévues initialement. Une sage décision, qui permettra probablement à Servant de trouver une conclusion satisfaisante, sans traîner en longueur.

A mi-parcours, la série intrigue toujours et nous cloue même parfois de terreur sur notre canapé, malgré une tendance excessive qui avait déjà fait défaut à la deuxième saison. L’ambiance Shyamalanesque reste en tout cas bien ancrée dans chaque plan, prouvant que l’influence du cinéaste ne faiblit pas. Au rythme de sa musique stridente et inquiétante, Servant poursuit insidieusement son chemin, pour peu que l’on s’accroche à résoudre ses mystères farfelus.

Le premier épisode de la saison 3 de Servant est sur AppleTV+ depuis le 21 janvier 2022. Nouvel épisode chaque vendredi.

Le verdict

Après une seconde saison en demi-teinte, la série horrifique produite par M. Night Shyamalan fait son grand retour. Avec son ambiance qui donne la chair de poule, ses personnages tous plus détraqués les uns que les autres et ses événements surnaturels, Servant continue à fasciner. Pour cette troisième saison, ce huis-clos ouvre ses ailes et s’étend dans le monde extérieur. Dans les cinq premiers épisodes que nous avons pu visionner, ce sont ces incursions en dehors de la maison oppressante des Turner qui sont les plus réussies. Une nouvelle dimension qui donne davantage d’ampleur aux pouvoirs grandissants de Leanne, tout en conservant la patte de M. Night Shyamalan dans les scènes d’épouvante. Une réussite, à dévorer en frissonnant sous son plaid.

Source : Montage Numerama

Quel est le service de SVOD fait pour vous ?

Découvrez notre comparateur