La nouvelle extension payante d'Assassin’s Creed Odyssey est vivement critiquée, car elle s'inscrit à l'encontre de ce que le jeu avait mis en avant pour sa sortie : la liberté de choisir l'orientation sexuelle de son personnage principal.

À sa sortie en octobre dernier, Assassin’s Creed Odyssey a été salué car il permet pour la première fois au personnage principal de développer des romances avec des femmes ou des hommes, qu’importe son genre. Le joueur ou la joueuse peuvent ainsi incarner Kassandra ou Alexios, et leur faire vivre les mêmes aventures.

Mais une nouvelle extension payante (DLC) est venue contredire cette avancée. Shadow Heritage, le deuxième DLC du titre sorti ce 15 janvier 2019, contient une fin obligatoire dans laquelle vous découvrez que votre personnage a une relation amoureuse hétérosexuelle, et a même fait un enfant avec un personnage du genre opposé. Quels que soient les choix des joueurs, la guerrière Kassandra finira donc avec Natakas, le fils de Darius — et si vous avez choisi le personnage masculin Alexio, Darius n’aura pas un fils, mais une fille.

«  Avant de te rencontrer, je ne m’étais jamais sentie chez moi », entend-on déclamer Kasssandra à Natakas à la fin de Shadow Heritage. Il lui parle de leur relation, de leur famille, et le jeu montre l’importance du nouveau-né, qui sera probablement au cœur de la troisième extension.

Assassin’s Creed Odyssey Shadow Heritage DLC // Source : YouTube

Le discours d’ouverture d’Ubisoft remis en cause

Cette fin a été jugée maladroite, voire extrêmement décevante, au vu du discours d’Ubisoft au moment de la sortie d’Assassin’s Creed Odyssey en octobre dernier.

Jonathan Dumont, directeur artistique, avait insisté à l’époque sur le fait que l’histoire était « guidée par les choix » et qu’Ubisoft ne « forçait jamais les joueurs et joueuses à être dans des situations romantiques qu’ils ne le mettent pas à l’aise. »

L’aventure principale d’Assassin’s Creed Odyssey ne tourne d’ailleurs pas autour des relations amoureuses : il est tout à fait possible de suivre l’histoire sans nourrir ce type d’interactions, comme l’avait fait remarquer Melissa McCoubrey, directrice de la narration pour le jeu développé par le français Ubisoft, en juin dernier : « Nous ne vous forçons pas à faire quelque chose dont vous n’avez pas envie. Si vous êtes asexué ou asexuée, vous n’avez pas besoin de vous engager dans ce type de narration (…) Il a toujours été important pour mon équipe de garantir que les options restent ouvertes. »

« Je n’ai vraiment aucune envie qu’on me force à vivre une romance »

C’est ce double discours qui, aujourd’hui, a fait tiquer de nombreux observateurs et gamers.  Sur Reddit, une joueuse qui s’identifie comme lesbienne a publié un long message le 15 janvier 2019 —  qui a depuis été supprimé et clôturé sans explications par le modérateurs de Reddit. Elle y explique combien elle a été déçue de découvrir cette fin obligatoire, alors qu’elle avait joué son personnage en lesbienne depuis le début. Selon elle, ce choix fait écho à des discriminations sociétales et notamment un manque de représentation des femmes lesbiennes dans la pop culture, qui sont très souvent présentées comme ayant également des relations amoureuses ou sexuelles avec des hommes.

« Ils ont clairement profité d’un mensonge pour vendre leur jeu. Les lesbiennes ne tombent pas amoureuses des hommes, nous ne couchons pas avec des hommes (sauf les femmes qui sont obligées pour survivre), nous ne faisons pas de câlins aux hommes dans un lit, nous ne nous languissons pas des hommes », souligne-t-elle dans un long billet.

Assassin’s Creed Odyssey Shadow Heritage DLC // Source : YouTube

« Ça tue mon envie de jouer au reste des DLC… Je n’ai vraiment aucune envie qu’on me force à vivre une romance dans un jeu où, jusqu’ici, j’avais au moins l’option de ne pas le faire », commente un autre internaute.

Contacté par Numerama, Ubisoft dit présenter ses excuses à « celles et ceux qui ont été surpris par les événements de cet épisode (…). « Nous faisons tout notre possible, dans Odyssey, pour donner le choix aux joueurs  », ajoute l’éditeur de jeu français, et précise que le troisième DLC permettra d’explorer cette relation hétérosexuelle, et d’en comprendre les « motivations » derrière, qui seront «  libres d’être explorées » par les joueurs. « Cela reflètera l’histoire de votre personnage à travers les arcs narratifs », continue le communiqué de l’entreprise. L’image est toutefois déjà ternie.

Partager sur les réseaux sociaux