Les autorités norvégiennes enquêtent sur le service de musique en streaming qui appartient à Jay Z. Il est accusé d'avoir artificiellement gonflé les écoutes des deux plus gros albums sortis sur sa plateforme en 2016.

Les autorités norvégiennes auraient déjà procédé à 25 heures d’interrogatoire de quatre anciens employés de Tidal, la plateforme de streaming musical qui appartient à Jay-Z, a rapporté le média norvégien DN le 14 janvier 2019.

Le service racheté par le rappeur américain en 2015 est soupçonné d’avoir largement manipulé les chiffres d’écoutes des albums de Kanye West (The Life of Pablo) et Beyoncé (Lemonade), qui sont sortis en exclusivité sur Tidal en 2016.

Tidal aurait potentiellement utilisé des vrais comptes d’utilisateurs, sans leur accord, pour jouer en boucle des chansons de ces nouveaux albums, afin de gonfler artificiellement leurs nombres d’écoutes.

Jay Z. Wikimedia commons/CC/everyskyline

DN notait par exemple dans une autre enquête que pour l’album Lemonade (2016) de Beyoncé, certaines chansons auraient été étrangement massivement écoutées au même moment, à la milliseconde près, souvent dans la nuit.

Des données très importantes

C’est Økokrim, l’autorité nationale norvégienne chargée des enquêtes et poursuites relatives aux crimes environnementaux et économiques, qui est en train de mener l’enquête sur la gestion de Tidal. Il convient de souligner que le nombre d’écoutes des albums en question est très important, pour deux raisons :

  • Ils ont permis à Tidal de se faire une place au sein des autres géants Apple Music ou Spotify sans avoir à communiquer sur leur nombre réel d’abonnés mensuels ;
  • Ils ont également servi d’index pour rémunérer les artistes concernés. Beyoncé et Kanye West ont donc reçu un pourcentage de revenus en fonction de ces chiffres d’écoutes. S’ils ont été manipulés, alors la rémunération l’a été également.

Selon DN, repris par Endgadget, certains employés auraient concédé avoir remarqué que les écoutes avaient été gonflées artificiellement, et avoir contacté leur avocat avant d’en parler à la direction de Tidal. Ils auraient ensuite signé un accord de confidentialité.

En juillet 2017, Kanye West avait décidé de se retirer de la plateforme, jugeant que Tidal lui devait 3 millions de dollars.

Jay-Z a vendu 33 % de ses parts de Tidal en 2017 à Softbank, pour environ 200 millions de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux