La Chine a levé son embargo sur la sortie de nouveaux jeux vidéo. Mais Tencent n'y a pas (encore) droit.

L’année se termine bien pour le jeu vidéo en Chine. Après plusieurs mois de gel, 80 nouveaux jeux en ligne ont été approuvés par les autorités compétentes, a appris Reuters le 29 décembre 2018. La fin d’un long calvaire pour les éditeurs soucieux de percer sur un marché immense, où sévit une vive censure.

Toutefois, le Chinois Tencent risque d’être chafouin en jetant un œil à la liste des futures sorties : aucune des productions du géant asiatique n’y figurent, ce qui ne veut pas dire qu’elles ne seront jamais disponibles en Chine.

Le drapeau chinois. // Source : Patrick Denker

Neuf mois de blocus

Le blocus avait débuté au mois de mars dernier, au moment où le gouvernement chinois a décidé de revoir le processus de validation en raison de craintes et de critiques vis-à-vis de la violence, des risques pour la santé (exemple : la myopie) et du caractère addictif des jeux vidéo. Une réorganisation était donc nécessaire pour vérifier encore plus le contenu de chaque titre à paraître afin de s’assurer qu’ils respectent l’éthique.

« La première fournée de jeux a été approuvée. Nous allons nous dépêcher de fournir les licences. Il y a un gros stock de jeux à vérifier, cela va prendre du temps. Nous allons continuer de travailler dur », a expliqué Feng Shixin, porte parole du Parti communiste chinois cité par South China Morning Post le 21 décembre 2018. En bref, rien n’est perdu pour Tencent.

L’autre conséquence de cette bonne nouvelle est économique : le marché devrait enregistrer une croissance de 5 % selon les premières estimations. Sans l’embargo de neuf mois, la hausse aurait été à deux chiffres.

Partager sur les réseaux sociaux