Le fondateur de Spidart Nicolas Claramond a annoncé mardi que le label communautaire était placé en liquidation judiciaire. Artistes et internautes producteurs ne comprennent pas comment le label, qui a externalisé l’essentiel de ses dépenses de production, a pu faire faillite.

Comment Spidart peut-il se trouver au bord de la faillite ?, avions nous demandé lorsque contre toute attente le label communautaire a été placé en redressement judiciaire. Deux mois plus tard, l’interrogation reste la même, mais l’enterrement est confirmé. Dans un message adressé aux membres du site, le PDG fondateur de Spidart Nicolas Claramond annonce que « le Tribunal du Commerce a déclaré (mardi) la mise en liquidation judiciaire de Spidinvest« , la société éditrice de Spidart.

« L’offre présentée par l’un des repreneurs n’étant pas suffisamment satisfaisante pour assurer la pérennité de l’entreprise le tribunal a choisi de ne pas la retenir« , explique le fondateur, qui précise que « dans les prochains jours un mail sera envoyé à l’ensemble des fans-producteurs ayant investi sur des artistes en cours de financement« . Seront-ils remboursés ? Rien n’est pour le moment avancé.

Rappelons que le modèle économique de Spidart, semblable à celui d’autres labels communautaires comme MyMajorCompany, consiste à mettre en relation les artistes qui souhaitent produire un album avec des internautes qui souhaitent inverstir dans cette production avec l’espoir d’en tirer à terme un retour sur investissement. Pour être produit, un artiste devait collecter auprès des producteurs-internautes une somme coquette de 50.000 euros.

L’essentiel du risque financier que supporte un label traditionnel est ainsi rejeté sur les épaules des internautes.

Mais malgré le fonds de roulement considérable que permet un tel modèle économique, Spidart a coulé. Sans explication.

« Pardon de vous avoir entraînés dans cette galère, de m’être laissé aveuglé par le beau sourire et les promesses du seigneur Claramond, pardon de vous avoir appelé à miser… Et merci de tout ce soutient, de cette aventure formidable, malgré le fait qu’elle finisse mal… Je resterai évidemment en contact avec les fans prods qui m’ont laissé leur adresse mail…« , se lamente Kaem, l’un des artistes sur lesquels pouvaient miser les internautes. Ses fans avaient misé collectivement 6270 euros, qu’ils ne sont aujourd’hui pas sûr de revoir.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !