Des robots araignées mis au point à l'université de Stuttgart sont utilisés pour tisser des structures complexes en fibre de carbone. Le potentiel architectural du projet est prometteur.

Les araignées sont réputées pour la complexité de leur toile. De ce fait, elles sont souvent décrites comme de formidables architectes de la nature, avec des fils pouvant prendre des formes géométriques remarquables — d’aucuns diraient même artistiques. Aussi n’est-il pas étonnant de voir qu’elles ont servi de modèle d’inspiration pour le développement du « Mobile Robotic Fabrication System for Filament Structures »

Ce nom à rallonge désigne un projet portant sur la conception de petits robots araignées sous l’égide de l’Institute for Computational Design (ICD) à l’université de Stuttgart.

Dans la vidéo de présentation ci-dessus, deux d’entre eux tissent un hamac stylisé en fibres de carbone. Pour cela, les deux engins se déplacent verticalement sur les murs et travaillent en tandem. Chacun enroule le fil de la bobine autour de l’une des grosses vis apposées avant de le transmettre à l’autre pour qu’il fasse de même de son côté.

téléchargement

En alternant les déplacements, les deux araignées électroniques parviennent à réaliser une structure très élaborée. « Nous sommes encore au tout début de l’exploration du vrai potentiel architectural de ce système de fabrication. Mais nous sommes convaincus que son principal avantage est que l’on peut construire des structures totalement nouvelles qui auraient été impossibles à matérialiser autrement », estime Achim Menges, le directeur du ICD à Dezeen.

Il est vrai que ces robots araignées ont pour l’instant surtout prouvé leur faculté à créer un mobilier original. En terme de décoration, ces appareils ouvrent des perspectives vraiment très contemporaines. Il reste à vérifier si d’autres débouchés peuvent être envisagés et si le procédé peut être appliqué à des projets de plus grande envergure.

Ce qui est d’ores et déjà au programme, c’est l’augmentation du nombre de robots lors d’une construction et de les adapter à se déplacer sur des surfaces diverses, avec des angles d’inclinaison différents. L’objectif étant de pouvoir aussi les faire travailler sur des murs incurvés et même des plafonds.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos