Facebook édicte de nouvelles règles pour sa plateforme : la vente d'armes à feu entre particuliers est désormais prohibée.

Achat, vente, don, échange, partage… sur Facebook, les utilisateurs ont depuis belle lurette appris à s’organiser pour faire des affaires. Les propositions ne manquent pas pour qui sait chercher, que ce soit sur les profils des membres eux-mêmes ou dans des groupes dédiés (dont certains s’avèrent très inattendus).

Pour autant, toutes les transactions ne sont pas les bienvenues sur le réseau social. Il est bien entendu interdit d’utiliser Facebook pour effectuer des transactions clairement illicites et certains produits sensibles (cannabis thérapeutique, alcool, tabac, armes à feu, produits pour adultes) sont soumis à des règles spécifiques.

Cannabis médical, alcool, tabac, armes à feu, produits pour adultes…

Mais il arrive parfois que le cadre mis en place ne soit pas ou plus suffisant. C’est le cas des armes à feu, par exemple. Le site communautaire a décidé de modifier son règlement pour interdire aux particuliers d’utiliser son service — ainsi que ses  filiales, comme Instagram — en vue de faire du business sur les armes à feu.

Évidemment, cette nouvelle politique s’adresse d’abord aux Américains puisque leur texte fondamental les autorise à porter des armes. Elle ne concerne pas directement les usagers français (ou plus généralement européens), puisque la loi sur le contrôle des armes à feu est autrement plus sévère de ce côté-ci de l’Atlantique.

Les armuriers en possession des licences adéquates ne seront pas affectés par le cadre plus restrictif mis en place par Facebook. Ils devront continuer à « respecter toutes les lois applicables et étudier soigneusement l’audience à laquelle ce contenu est destiné ». Idem pour les clients potentiels, qui restent soumis à la législation de leur pays. Cela vaut pour les armes comme pour les autres produits réglementés.

pistol3d.gif
Jusqu’où aller dans l’autorisation ?

Ars Technica précise que les mineurs inscrits sur Facebook sont tenus à l’écart de ce type de contenus (sauf s’ils ont menti sur leur âge au moment de l’inscription) et que le réseau social interdisait déjà aux vendeurs privés d’armes à feu de dire qu’ils n’exigeaient pas de contrôle sur les antécédents des acheteurs.

Le durcissement des conditions d’utilisation survient alors que les USA sont régulièrement secoués par des tueries de masse ayant lieu dans des écoles, au bureau, dans des centres commerciaux ou en pleine rue. Le débat sur la libre circulation des armes à feu est alors relancé, jusqu’au prochain massacre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés