L'importante communauté de Steam lui vaut d'être confronté à des curateurs ouvertement homophobes ou racistes, qui détournent les recommandations pour délivrer leur message, pourtant interdit par la plateforme.

Avec 67 millions de joueurs actifs chaque mois, Steam attire de nombreux joueurs et sa communauté, dont il peut être fier, comporte malheureusement certains individus aux pensées peu recommandables.

Nos confrères de chez Mother Board se sont d’ailleurs penchés sur le sujet par le prisme des curateurs après qu’un journaliste a tweeté une capture prouvant l’existence de groupes pour le moins singuliers. Leurs recherches ont révélé des résultats édifiants, avec l’existence de listes ouvertement xénophobes, racistes ou homphobes.

Une curation détournée

Qu’est-ce qu’un curateur Steam ? «  Des organisations ou des individus faisant des recommandations permettant à d’autres utilisateurs de découvrir des jeux intéressants dans le catalogue Steam  ». Plus concrètement, c’est une fonctionnalité aux vertus sociales se muant en aubaine pour découvrir des jeux susceptibles de nous plaire. Mais, pour certains, c’est aussi un moyen de faire passer des idéologies extrémistes, homophobes ou racistes en rassemblant des gens embrassant ces tendances.

De fait, en renseignant des mots comme nazi, gay, jew ou encore trump, on tombe sur tout un tas de groupe aux noms évocateurs à partir du moment où ils vont trop loin pour être considérés comme de simples trolls (il y en a aussi). Par chance, la régionalisation épargne la France et vous ne trouverez rien de tout cela en tapant ces mots dans la barre de recherche. Par chance, aussi, ils ne rencontrent pas un franc succès au niveau des abonnements.

Par ailleurs, MotherBoard est tombé sur un groupe baptisé Power to Whites, dont la description commence par « Nous sommes un groupe dédié au massacre des juifs, des handicapés, des gays et des Noirs  ». S’il n’est suivi que par 85 membres, il reste emblématique du phénomène. Bizarrement, la page remet en cause le sérieux du groupe avec un lien renvoyant vers un site nous apprenant à faire un nœud de pendaison. De l’autodérision qui suggère un troll, au demeurant de très mauvais goût.

À l’arrivée, ces groupes, qui renvoient aux idéologies populaires sur d’autres espaces en ligne populaires (comme 4chan, certains groupes Reddit ou forums de JV.com), ne reflètent pas réellement les conditions d’utilisation énumérées par Valve, condamnant en théorie les contenus racistes et discriminatoires. On peut y voir là une forme de laxisme et un réel besoin de nettoyer.

Partager sur les réseaux sociaux