« Tout est en place pour casser la création audiovisuelle française. » C’est le constat auquel est arrivé l’USPA (Union Syndicale de la Production Audiovisuelle) après que se soit tenue au Sénat la journée de la création TV. En effet, Jean-François Copé, président de la Commission pour la nouvelle télévision publique, a fini par avouer les failles du projet.

D’abord sur la compensation du manque à gagner des chaînes publiques, qui passera sûrement par une série de taxes sur les télécoms et Internet. Jean-François Copé et Christine Albanel ont bien voulu concéder qu’elle ne sera jamais complète mais que partielle par rapport aux recettes publicitaires perdues.

Ensuite, sur la contribution à la création audiovisuelle. Conséquence directe de la perte de revenus, elle disparaîtra vraisemblablement des budgets des chaînes publiques. « En revanche, les assouplissements répétés de la règlementation publicitaire au bénéfice des diffuseurs privés se confirment, sans aucune contrepartie pour le financement de la création » s’insurge l’USPA.

Avec la suppression des publicités des chaînes publiques, c’est un horizon bien noir qui s’esquisse pour la création audiovisuelle française. L’USPA a déjà appelé les participants de la création audiovisuelle à se mobiliser, et prie les parlementaires de bien vouloir « prendre conscience de l’enjeu, et sauver l’une des dimensions historiques de la politique française : la place éminente accordée à la création et à la culture. »

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés