Si vous embauchez un jeune diplômé tout juste sorti d’école, attention, c’est probablement un pirate qui pourrait ruiner la sécurité juridique de votre entreprise. C’est en substance le message véhiculé par une étude menée par la Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (IFPI), et qui met en garde contre « la menace sérieuse sur la sécurité que ces réseaux [P2P] pose à la fois sur la sécurité individuelle et celle des entreprises« .

« Des documents confidentiels et potentiellement dommageables ont trouvé leur chemin sur ces réseaux. L’étude montre aussi que les criminels recherchent activement sur les réseaux P2P en espérant trouver des informations qu’ils peuvent exploiter« , prévient l’organisation qui défend les intérêts des maisons de disques dans le monde. L’IFPI encourage les chefs d’entreprises à se méfier s’ils embauchent des jeunes de moins de 25 ans, car « une étude conduite en novembre 2007 par Ipsos-MORI pour l’IFPI en Grande-Bretagne indique qu’un employé de bureau sur dix utilise le poste de travail pour télécharger de la musique, les deux tiers illégalement, en exposant leurs employeurs non pas seulement à des risques sur les réseaux informatiques, mais aussi à des risques juridiques« . Et bien sûr, « le problème apparaît plus concentré chez les travailleurs plus jeunes« .

Un jeune de moins de 25 ans sur cinq téléchargerait de la musique illégalement sur son lieu de travail. Et l’IFPI rappelle qu’il « ne tient qu’à une seule personne de télécharger un fichier infecté et d’exposer son entreprise à d’énormes risques« .

Enfin la Fédération pointe le manque de civisme des employés et la nécessité d’un contrôle effectif sur les postes de travail (c’est-à-dire la mise en place de filtres), car selon son étude 43 % de ceux qui téléchargent illégalement au travail sont au courant de l’interdiction qui leur en est faite par leurs employeurs, mais passent outre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés