« L’industrie du disque est comme une grand mère, et les artistes de demain ont besoin de travailler avec sa petite-fille. » Et quelle est cette petite-fille, selon Will.i.am, membre fondateur de Black Eyed Peas ? C’est l’industrie du mobile, qui produira d’après lui « les Michael Jacksons et Madonnas de demain. »

Ces propos tenus lors du Mobile World Congress à Barcelone font écho à cette nouvelle tendance dont nous rapportions il y a quelques jours à propos du prochain album de Timbaland les signes avant-coureurs. « Timbaland a passé un bon accord avec Verizon » commente Will.i.am, « mais qu’en est-il des gens qui n’ont pas Verizon ? Les musiciens sont aussi importants que les footballeurs ou les basketteurs mais nous n’avons pas le ballon. Nous avons besoin de notre propre ballon. »

Et pourtant, le modèle qu’esquisse le chanteur ne semble pas bien différent de celui adopté par Timbaland. « On peut facilement imaginer Nokia ou Sony Ericsson aller vers un artiste et lui dire « donnez nous 16 chansons en exclusivité sur nos portables et nous vous donnerons une prime sur chaque téléphone vendu. »

Alors c’est ça, le plan imaginé par Doug Morris (Nokia Comes With Music) et nos chères stars du R’n’B ? On remplace une industrie du disque par une autre encore pire et on se frotte les mains en se disant qu’on n’y est, sur la nouvelle plage du numérique. Vous imagineriez, vous, disposer de trois modèles de portable différents rien que parce que vous n’y trouveriez pas les mêmes artistes ? Qu’il s’y baignent, dans leur lagon bleu azur, et qu’il y boivent leurs cocktails tranquillement les pieds dans l’eau. Nous, on attend sur d’autres berges les monstrueuses vagues du peer-to-peer afin de les chevaucher avec une planche.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés