La 80ème cérémonie des Oscars devrait avoir lieu le 24 février 2008, si la grève des scénaristes trouve une issue d'ici là. L'occasion de faire le point sur le succès ou non de la lutte contre le piratage des films nominés aux Oscars.

Waxy.org a publié cette semaine des données précieuses et inédites sur les films nominés aux Oscars et piratés sur Internet. Depuis 2003, le site scrute scrupuleusement les sorties des versions pirates des films, en notant avec minutie les dates d’apparition des diverses versions des copies illicites (cam, telesync, R5/Telecine, Screeners, DVDrips…). Ces données sont éloquentes sur l’insuccès total de la lutte contre le piratage à laquelle se livrent les studios.

Un seul chiffre suffit à le comprendre : sur 151 films nominés aux Oscars entre 2003 et 2007, 148 étaient disponibles en qualité DVD (screeners ou DVDrips) la nuit-même de la cérémonie des Oscars. Soit 98 % des films.

Certains progrès ont cependant été réalisés, particulièrement dans la lutte contre la diffusion des screeners, ces DVD promotionnels qui sont envoyés aux jurés des Oscars. Alors qu’en 2003 ces screeners apparaissaient en moyenne sur Internet trois jours avant leur envoi officiel aux jurés, la moyenne pour 2008 est de 12 jours après leur envoi. Cette efficacité (assez relative cependant) est due en partie aux systèmes de watermarks, ces signatures invisibles uniques insérées dans les copies des screeners et qui permettent de remonter à la source du piratage, en cas de diffusion en ligne. Et pour partie aux DRM, qui sont cependant abandonnés cette année sous la pression des jurés qui ne les supportent pas.

Les autres sources de piratage, elles, restent globalement au même niveau qu’avant. Ainsi en 2008 un screener (qualité DVD) apparaît en moyenne 47 jours après la sortie du film sur les écrans américains, contre 42 jours en 2003. Le chiffre était tombé à 33 jours l’an dernier. Toutes sources de piratage confondues, il se passe uniquement 4 jours en moyenne entre la sortie du film aux USA et son apparition sur les réseaux P2P.

Plus inquiétant pour Hollywood, la qualité des versions piratées augmente, notamment grâce aux DVD de type R5 qui sortent dans les pays de zone 5 (l’ex Union Soviétique, l’Inde, une grande partie de l’Afrique…). Dans ces pays où le piratage est très fort, les studios ont trouvé pertinent de sortir un format de DVD spécial grâce auquel les films seraient proposés rapidement mais sans bonus, en qualité Téléciné, pour lutter contre les ventes de DVD screeners pirates. Sans surprise, ces R5 sont vite devenus des sources majeures de piratage sur Internet. Les studios avaient pris soin de ne pas insérer sur les R5 les bandes audio originales des films, mais les pirates remplacent la bande son par les versions locales américaines ou européennes, et gardent uniquement la vidéo de meilleure qualité. Le nombre des rips à base de R5 augmente ainsi chaque année…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés