La télévision mobile personnelle est-elle autre chose que le fantasme des opérateurs mobiles et des chaînes de télévision ? A notre grande surprise, il semble que oui. Du moins, si l’on en croit les résultats d’une étude menée par Harris Interactive auprès de 1000 internautes français. D’après cette étude, 25 % des internautes français se disent intéressés par la TMP, dont 6 % très intéressés et 19 % assez intéressés. 63 % en ont entendu parler au moins une fois.

Dans le détail, 80 % de ceux qui se disent intéressés par la TNT mobile pensent la regarder au moins une fois par semaine, et 47 % au moins une fois par jour. Les journaux d’information (35 %) sont les contenus les plus attendus, devant les films (18 %) et les retransmissions sportives (14 %). Comme on pouvait s’y attendre, les principaux lieux d’usage sont les transports en commun (75 %), suivis des lieux publics (cafés, bibliothèques… 44 %), le lieu de travail (20 %) et le domicile (15 %).

Plus surprenant encore, alors que la télévision est encore un média essentiellement gratuit, près de la moitié des sondés se déclarent prêts à payer pour recevoir la TMP. 21 % disent pouvoir mettre 5 euros par mois dans le service, et 24 % vont jusqu’à 10 euros. Une aubaine pour les opérateurs mobiles qui espèrent vendre ces services, alors que les chaînes de télévision misent plutôt sur la gratuité financée par la publicité.

Il y a pourtant au moins trois obstacles majeurs que nous pouvons soulever face à la démocratisation de la télévision mobile personnelle :

  • La TMP dans les transports en commun nécessite de mettre son terminal à la vue de chacun, ce qui va contre la peur du vol à la tire qui caractérise ce genre d’endroits…
  • Contrairement à l’écoute d’un baladeur MP3, la TMP nécessite une attention exclusive de l’utilisateur. On ne peut regarder la TMP et faire autre chose en même temps (lecture d’un journal, Sudoku, sport…). C’est pourtant aussi l’utilisation non-exclusive qui avait fait le succès du Walkman de Sony.
  • L’écran d’un terminal mobile est petit, très petit (un comble à l’heure de la HD) et ne semble répondre qu’à une faible demande d’usage. Si la demande était forte, ne verrait-on pas beaucoup plus de baladeurs vidéo sortis dans le métro ?

Entre se déclarer intéressé et passer effectivement à l’acte en payant chaque mois plusieurs euros, il y a un « gap » qui reste encore la grande inconnue de la télévision mobile. D’autant que les études sont contradictoires. Fin septembre, le cabinet Gartner notait que dans le cadre d’un abonnement payant (5 à 10 euros par mois), seulement 5 % des Européens souhaitent regarder la TV mobile dans les douze prochains mois, contre 20 % des Asiatiques.

Prévue d’abord pour la Coupe du Monde de Rugby, la TNT mobile ne sera pas au rendez-vous avant au moins les prochains Jeux Olympiques de Pékin. La faute, entre autres, à une guerre des standards à laquelle tente de mettre fin l’Union Européenne, qui favorise le DVB-H.

Et vous, êtes-vous intéressé par la télévision mobile personnelle ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés