Comme le montrait encore une actualité récente, pornographie et échangisme de fichiers ne font pas bon ménage. En 2004, le géant Titan Media spécialisé dans la production de contenus gay aux Etats-Unis avait déjà prévenu qu’il partait en chasse contre les réseaux P2P et les utilisateurs de logiciels de partage de fichiers. Cette fois, Titan Media s’attaque à une demi-douzaine de blogs accusés de diffuser des liens vers des contenus piratés hébergés sur des sites comme Rapidshare.

La plainte déposée en Californie accuse le bloggeur Gilbert Michael Gonzales (« MickeyG »), et 21 complices non identifiés, d’avoir contrefait 45 productions de Titan Media. Le nombre peut paraître faible, mais déjà en 2004 le société avait obtenu 418.500 $ de dommages et intérêts contre un site qui avait diffusé illégalement 279 photos gays.

Keyth Webb, le président de Titan Media, considère que « le message que nous envoyons c’est que vous pouvez courir, mais vous ne pouvez pas vous cacher« . « Mr Gonzales pensait qu’il pouvait se cacher derrière des blogs et des messages anonymes, mais il avait sérieusement tort. Les gens ont besoin de réaliser que rien de ce qu’ils font en ligne n’est anonyme. Le moindre petit message, upload, téléchargement ou page vue est tracée et enregistrée, et peut être retracée jusqu’à l’individu« . Un avertissement façon 1984 que la MPAA, le lobby de l’industrie cinématographique traditionnelle, a déjà expérimenté sans grand succès depuis 2004 et ce flyer diffusé largement sur Internet et dans les rues :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés