On l’a vu ces jours-ci avec MediaDefender aux Etats-Unis, s’attaquer aux réseaux P2P n’est plus un business sans risque. C’est peut-être pour ça que Viralg, qui promettait en 2005 une efficacité de 99 % de son outil de pollution des réseaux P2P, a décidé de laisser tomber son activité et de « concentrer ses ressources sur un nouveau projet en dehors du P2P et des activités médias Internet« . A moins que ça ne soit parce que la solution technique fonctionne beaucoup mieux sur le papier que dans les faits…

Viralg, qui se retire du jeu, a donc décidé de vendre son brevet de technologie anti-P2P… sur eBay. Pour un million de dollars. La société précise que le brevet suédois, déposé un peu partout dans le monde, peut intéresser aussi bien des concurrents intéressés par la technologie que des commerciaux qui souhaiteraient la vendre à leur tour, ou même, pourquoi pas, des éditeurs de P2P qui voudraient maîtriser la technologie pour mieux lutter contre. Un forfait de 40H de formation est offert à l’acquéreur.

eMuleLe principe de Viralg est assez simple. Sur eMule comme sur l’ensemble des réseaux P2P décentralisés, chaque fichier est identifié sur le réseau par un code unique, appelé hash. Il est calculé avec un algorithme très complexe basé sur chaque octet du fichier, qui assure que deux fichiers différents ne peuvent jamais avoir le même hash. Avec les techniques traditionnelles de spoofing (diffusion de leures ou « fakes » sur les réseaux), les faux fichiers sont rapidement identifiés par les utilisateurs, puisqu’ils possèdent leur propre hash, qui se retrouve banni. En revanche, Viralg affirme que son algorithme permet de sabotter les réseaux en passant inaperçu. Car en plus du hash propre à chaque fichier, le fichier est divisé en différents morceaux qui possèdent eux-même leurs propres codes hashs. Lors du téléchargement, les clients P2P réclament non pas le fichier dans son ensemble, mais le bout du fichier manquant identifié par son propre hash. Ce que Viralg prétend alors être capable de réaliser, c’est générer des bouts de fichiers corrompus qui possèdent exactement le même hash que les bouts de fichiers demandés, et qui sont donc acceptés puis disseminés par les clients P2P. Dès qu’un fichier est ainsi « contaminé », il devient illisible, et contamine à son tour tous ceux qui demandent à le télécharger. A terme, le fichier devient totalement impossible à télécharger.

Reste qu’en pratique, depuis 2005, la technique n’a jamais fait ses preuves. Les développeurs d’eMule semblent avoir rapidement trouvé la parade en ajoutant des garde-fous qui écartent les bouts de fichiers corrompus.

Pour le moment, aucun acheteur ne s’est manifesté sur eBay, et les enchères sont déjà terminées.

(merci à KraftonZ pour l’information)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés