Un test mené par NewTeeVee démontre que le filtrage vidéo fourni par Audible Magic pour de nombreux sites, comme MySpace, GoFish, Grouper, Break.com, MTV Networks, YouTube, Dailymotion ou Soapbox, ne marche pas, et la confusion règne...

Audible Magic, c’est le système de filtrage auquel ont fait appel des sites comme YouTube ou DailyMotion pour empêcher les contenus non autorisés par les ayant droit d’être déposés sur le site.

Microsoft s’était même tourné vers lui après avoir pourtant déclaré qu’un système de filtrage serait impossible à mettre en place, pour vraisemblablement s’éviter les mêmes déboires que connaît actuellement le site détenu par Google avec les procès qui émergent de toutes parts.

Audible Magic, la solution ultime pour satisfaire les ayant droit ? Pas si sûr. Un test mené par NewTeeVee remet nettement en cause son efficacité. En effet, le principe d’Audible Magic est de repérer l’empreinte digitale d’une vidéo afin d’empêcher une « interdite » d’être téléchargée sur le site. Or, le test a prouvé qu’une vidéo non autorisée (et préalablement signalée auprès de l’hebergeur) pouvait être uploadée sans rencontrer le moindre problème.

Encore des progrès à faire…

Microsoft, propriétaire de Soapbox sur lequel l’essai a été effectué renvoie la balle à Audible Magic, et Audible Magic répond que « Microsoft n’aurait intégré que la version audio de son programme ».

Bref, même si la confusion règne, la vidéo est finalement retirée du site quelques jours plus tard. Sauf que, il suffit au reporteur intrépide de la reposter pour constater qu’elle devient à nouveau disponible, alors qu’elle aurait dû logiquement être bannie par Audible. Même chose pour MySpace, alors qu’Audible avait laissé entendre au journaliste que sa technologie y serait déployée de manière plus complète.

Dans les déclarations officielles de service vidéo d’MSN et d’Audible Magic, on retrouve le blabla habituel sur le fait que tout le monde travaille actuellement pour rendre le filtrage plus efficace. Mais pour l’instant, celui-ci n’a pas empêché YouTube d’essuyer une hécatombe de procès. D’ailleurs, le journaliste amusé souligne le fait que la version originale de la vidéo qu’il a utilisé pour faire son test est toujours présente sur YouTube.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés