Maintenant que les studios ont décidé d'attaquer les sites de sous-titres (information cependant mise en doute par un expert sur le forum de Ratiatum), il faudra peut-être trouver de nouvelles méthodes pour accéder aux films et séries sous-titrées, et les distribuer. Comme toujours, dès qu'une méthode est chassée, celle qui prend la suite est mieux encore. Ca n'est sans doute pas démenti avec le site d'origine chinoise Mojiti.

Mojiti permet de prendre des vidéos stockées sur des services tiers comme YouTube ou Dailymotion et d’y ajouter à la volée des anotations qui seront stockées sous forme XML pour les afficher au moment, à l’endroit et sous la forme choisie (un principe que veut imiter Joost, mais sur des contenus licenciés). Le service a de multiples utilités (afficher/traduire les paroles d’une chanson, ajouter des explications à une scène vidéo, etc.) mais il commence déjà à intéresser les subbers qui peuvent d’ailleurs exporter les sous-titres réalisés sous Mojiti aux formats .srt, .sub ou .smil. Il est même possible d’utiliser Mojiti pour télécharger la vidéo originale au format FLV (Flash).

Evidemment, la piètre qualité des vidéos sur les services de partage de vidéo actuels ne remplacera pas un bon vieux MPEG4 téléchargé sur un réseau P2P. Mais quid dans deux ou cinq ans ? Le sous-titrage se fera-t-il de façon collaborative sur ce genre de services en ligne, façon wiki ? Et si le stockage des vidéos et des sous-titres se décentralise dans un hypothétique web 3.0 qui mêlerait web 2.0 et P2P, comment mettre fin à leur propagation ? On le voit bien, les problèmes des industries culturelles ne font que commencer…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés