Depuis 2004, le consortium Coral nourrit l’espoir de faire naître une norme pour rendre les DRM interopérables. Avec une définition de l’interopérabilité bien à eux et un succès pour le moins inexistant depuis deux ans, Coral n’a jamais véritablement matérialisé ce rêve. HP, Sony, Philips, Samsung, Matsushita, Twentieth Century Fox et Intertrust, qui font partie du consortium avec des majors du disque et du cinéma, aimeraient bien voir Apple les rejoindre maintenant que Steve Jobs a dit sa volonté de ne pas fermer iTunes ou l’iPod sur eux-mêmes. Jack Lacy, le président de Coral, a envoyé une lettre au patron d’Apple pour le féliciter et l’inviter à participer aux discussions. Evidemment, Jobs refusera. Steve Jobs n’a pas critiqué que le manque d’interopérabilité des DRM, mais le principe même d’imposer des verrous sur la musique. De plus pour que Coral ait un quelconque avenir, il faudrait encore que Microsoft les rejoigne aussi, ce qui n’arrivera probablement jamais.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés