L'année 2007 sera une année de transition vers l'abandon des DRM en 2008 pour la musique en ligne. Nous en prenons ici les paris. Pour nous en convaincre, un ancien cadre de EMI a été engagé par l'éditeur de P2P LimeWire pour convaincre les majors d'abandonner les DRM...

Il y a quelque chose de délicieusement ironique à voir un éditeur de logiciel de P2P s’offrir les services d’un ancien haut responsable de l’une des quatre plus grandes maisons de disques du monde. Autrefois Vice-Président du développement numérique chez EMI, Ted Cohen a formé en mai dernier sa propre agence de consulting, TAG Strategic. Il offre ses services de spécialistes des nouveaux médias et des nouvelles technologies à tous types d’acteurs du marché des loisirs numériques. Y compris à ses anciens ennemis.

Selon une information de l’agence Reuters, Ted Cohen aurait été missionné par LimeWire pour faire pression sur les majors de l’industrie du disque. L’éditeur de P2P, qui connaît actuellement son plus grand succès malgré un procès en cours, aurait demandé à Cohen de convaincre les majors d’essayer au moins pendant 6 mois de vendre de la musique sans DRM. LimeWire souhaiterait vendre lui-même des MP3 à 1 $ pièce, mais l’éditeur se refuse à imposer des DRM à ses clients, précise l’agence de presse.

« Pour que les majors adoptent le MP3, il faudra qu’elles sentent que toutes les autres options de développement ont été épuisées. Ca a été tellement l’ennemi pendant toutes ces années que le MP3 sera probablement vu comme le dernier ressort« , indique sur son blog le spécialiste de l’industrie musicale Coolfer.

Le marché des sonneries pourrait lui aussi baisser

Les derniers indicateurs du marché devraient aider les majors à prendre cette décision douloureuse pour elles au cours de l’année. Au troisième trimestre 2006, la croissance n’était que de 2 % par rapport aux 15 % de 2005. Pour un marché nouveau, c’est un ralentissement très précoce et très inquiétant. Pire, le marché des sonneries, traditionnellement très fort dans les résultats numériques des maisons de disques (au moins 50 %), semble lui aussi se tarir. Selon Mike McGuire, un analyste de Gartner G2, le marché devrait ralentir dans les 12 à 18 prochains mois.

Pour Eric Garland, président de la société BigChampagne spécialisée dans l’audit des réseaux P2P, « les gens dans l’industrie vont avoir un discours bien différent en janvier lorsque la poussière va disparaître et qu’ils vont réaliser à quel point cette année [2006] a été mauvaise« . Il faudra cependant attendre les résultats du premier trimestre, traditionnellement le plus fort de l’année, pour voir si le ralentissement voir la décrue du marché de la musique en ligne se confirme. Si c’est le cas, alors l’abandon des DRM ne sera plus véritablement une option, mais une nécessité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés