Face à la montée en puissance des services de streaming vidéo et de Facebook, la part de BitTorrent chute en Europe dans le trafic global des opérateurs. Mais cela ne veut pas dire que le protocole P2P est abandonné.

Année après année, la part occupée par BitTorrent dans le trafic global des fournisseurs d'accès à Internet en Europe continue de reculer. Selon les informations communiquées Sandvine, une société spécialisée dans la commercialisation de solutions de gestion du trafic aux opérateurs de réseaux, le trafic BitTorrent est encore en baisse lors des pics de consommation.

Dans son dernier rapport, relayé par Torrrentfreak, on apprend que les parts pour BitTorrent sont respectivement de 21,08 % en téléversement ("upload"), de 7,56 % en téléchargement ("download") et de 8,44 % en agrégé. En comparaison, Sandvine indiquait les valeurs suivantes pour BitTorrent pour le deuxième semestre 2012 : 31,8 % en upload, 12,1 % en download, et 14,9 % en agrégé.

La part de BitTorrent n'est pas la seule à diminuer. Celle du trafic web HTTP est aussi en recul (elle passe de 24,1 % en 2012 à 14,94 % aujourd'hui). Des baisses sont aussi à noter dans le cas des vidéos Flash (3,54 % à 1,59 %) et de Skype (2,13 % à 1,78 %). eDonkey, qui apparaissait encore dans le top 10 il y a trois ans, en sort, sauf dans la rubrique upload.

À l'inverse, d'autres applications sont en plein boom : c'est le cas du protocole de sécurisation HTTPS, avec une part à 5,81 %, ou encore de Netflix (4,18 %). Ils étaient globalement absents du top 10 en 2012. Facebook est aussi en progression (3,76 % à 7,39 %), ainsi que YouTube, mais de façon moins spectaculaire (20,1 % à 21,16 %). De son côté, iTunes s'est montré très stable en trois ans (2,04 à 2,03 %).

À noter que l'on parle ici en part relative et non pas en valeur absolue. Autrement dit, les données livrées par Sandvine ne signifient pas que BitTorrent est abandonné. En réalité, son trafic est peut-être en hausse. Il faut comprendre ici que son usage a perdu en proportion, à causse du succès fulgurant d'autres applications à la croissance très forte, comme le streaming vidéo (YouTube, Netflix).

Ce phénomène avait été constaté aux USA : BitTorrent avait vu sa "part de marché" reculer par rapport à la montée en puissance d'autres usages d'Internet, dont certains mobilisent par ailleurs beaucoup de bande-passante. Sauf que dans le même temps, il était apparu que les échanges avec le protocole P2P étaient aussi en hausse de 40 % au même moment.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés