Google a décidé de tout savoir sur les internautes du monde entier, jusqu'à leurs goûts musicaux. Avec la dernière version de son logiciel de messagerie instantanée GTalk, Google indexe désormais la musique écoutée par les utilisateurs.

La firme de Mountain View avait prévenu qu’elle ne vendrait pas de musique. Elle juge que le bénéfice n’est pas assez élevé par rapport aux investissements nécessaires pour réunir les catalogues des maisons de disques, et que la part que se réservent ces dernières est trop élevée. Mais surtout, ça n’est pas le métier premier de Google que de vendre des contenus. Google s’est donné pour mission d’ « organiser à l’échelle mondiale les informations dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous« . Et ces informations sont aussi et de plus en plus les informations personnelles de chacun.

Nous l’écrivions le mois dernier : « En combinant les actualités que nous lisons, les mails que nous envoyons, les sites que nous recherchons, l’emploi du temps que nous avons, les films que nous regardons, les livres que nous aimons, etc., etc… Google construit une base de données sans commune mesure qui démultipliera la puissance de son réseau publicitaire« . Il faut désormais ajouter la musique que nous écoutons à la liste. Google a en effet implanté dans son logiciel de messagerie instantanée Gtalk une fonction qui permet de montrer à ses contacts les chansons que l’on écoute, mais qui surtout envoie toutes ces statistiques aux serveurs de Google. Les données sont en effet ajoutées aux historiques de recherche personnalisés sur chacun des comptes Google. Le composant de Gtalk est compatible avec iTunes, Winamp, Windows Media Player, et Yahoo Music Engine.

Qui se ressemble s’assemble

Pour le moment, il s’agit uniquement de réaliser une grande base des tendances générales avec Google Music Trends, un classement sur une semaine mis à jour quotidiennement. Le système est couplé à la base de Google Music pour offrir des informations sur les titres, albums et artistes, ou des liens pour acheter les chansons sur des plate-formes partenaires.

Mais l’objectif de Google n’est clairement pas de se contenter d’un Top 50 mondial de la musique. Le géant de la recherche collecte avec cette base de données des informations pour mettre indirectement (ou directement) en relation les utilisateurs qui ont des goûts musicaux en commun et qui peuvent donc mutuellement se faire découvrir de nouveaux morceaux. En collectant et en croisant des informations sur tous les domaines d’activité des internautes, Google assemble un réseau social d’une force inédite, qui n’a qu’un seul objectif final : permettre aux publicitaires de cibler le plus possible leurs annonces en sachant avec une précision inédite quels sont les internautes potentiellement intéressés par leurs produits.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés