Les laboratoires Disney Research ont mis au point un logiciel, encore imparfait mais très prometteur pour les réalisateurs, qui permettra d'automatiser en grande partie la réalisation de scènes de combats ou d'autres types de situations complexes à mettre en scène sur un plateau de tournage.

Les réalisateurs de films pourront-ils bientôt se passer de chorégraphes et de cascadeurs pour élaborer les scènes de combats qu'ils imaginent dans leurs scénarios ? Alors que les progrès spectaculaires du rendu des images de synthèses et la motion capture offrent déjà une liberté inédite aux réalisateurs, Disney planche sur des technologies qui permettront d'automatiser au moins partiellement le tournage de certaines scènes complexes, qui demandent de coordonner de nombreuses interactions entre plusieurs acteurs.

Les laboratoires Disney Research viennent ainsi ainsi de dévoiler une étude (étrangement datée de novembre 2015), dans laquelle ils expliquent avoir mis au point un moteur de génération automatisée de scènes de combats. Ils précisent qu'il s'agit des scènes les plus difficiles à produire, et que la méthode peut parfaitement s'adapter à d'autres situations comme des séquences de sport ou des interactions sociales.

Pour réaliser leur étude, les chercheurs de Disney ont d'abord demandé à des acteurs et cascadeurs d'improviser pendant une heure des affrontements physiques avec différents thèmes de base (agression d'une femme, cambriolage violent, harcèlement d'un jeune à l'école, gros baraqué contre petit gringalet, etc.), dans un studio de motion capture. Les scénettes ont alors été découpées et intégrées dans une base de données avec toutes les descriptions utiles à leur archivage ("coup de poing", "coup de pied", "évitement", "se redresse", "tombe par terre"…).

Ensuite, un animateur lit le scénario de base qui décrit sommairement la scène de combat souhaitée par le réalisateur, et le traduit dans un langage syntaxique qui permet de fouiller automatiquement dans la base de données pour retrouver les scènes qui pourraient être utilisées. Une multitude de scènes candidates sont alors triées, en grande partie par algorithmes mais aussi avec une sélection finale par les animateurs, pour assurer une diversité entre les films et une cohérence d'ensemble au combat filmé. Les scènes sont ensuite mises bout à bout, avec des mécanismes qui assurent une transition souple entre chaque séquence : 

Pour prouver la fiabilité de leur méthode, les chercheurs se sont amusés à réécrire le scénario de la première scène de combat du film Snatch avec Brad Pitt, et à utiliser leur base de données et leur moteur pour voir si le rendu était fidèle à l'original. Voici le résultat au début de cette vidéo qui décrit ensuite l'ensemble du processus avec d'autres exemples : 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos