La riposte graduée britannique ne sera ni une véritable riposte, ni graduée. Annoncée vendredi dernier par les principaux FAI et les ayants droit, la Hadopi privée préparée en Grande-Bretagne se contentera d'envoyer des avertissements aux abonnés à Internet, sans menaces de sanctions en cas de récidive.

Sur le modèle de la riposte graduée mise en place aux Etats-Unis, les FAI britanniques et les ayants droits se sont mis d'accord en Grande-Bretagne pour créer leur petite Hadopi privée, avec le soutien du Gouvernement. Ensemble, ils ont annoncé le lancement de Creative Content UK, "un nouveau partenariat novateur qui va augmenter la sensibilité des consommateurs à la vaste gamme de services légitimes de contenu en ligne, et aider à réduire les atteintes aux droits d'auteur sur Internet"

A côté d'une campagne de communication qui sera lancée d'ici le printemps 2015, Creative Content UK veut organiser un "programme d'alerte aux abonnés", co-géré à la fois par les FAI et par les organisations d'ayants droit. Aucune date n'a été annoncée sur son lancement mais le consortium prévient que "les FAI participants alerteront les abonnés et les conseilleront lorsque leurs comptes auront été utilisés en apparence pour violer des droits d'auteur".

Une Hadopi sans menaces

Comme en France par l'intermédiaire de la Hadopi, mais cette fois-ci directement, les abonnés dont l'adresse IP aura été associée à une mise en partage d'un contenu piraté sur les réseaux P2P recevront des avertissements par e-mail, et des conseils sur l'offre légale existante.

En revanche, contrairement à la loi Hadopi française, il n'est prévu aucune sanction en cas de multiples récidives. En France, il n'est plus possible de couper l'accès à internet, mais il reste une amende maximale de 1500 euros. Depuis octobre 2010 et l'envoi des premiers avertissements, seuls 116 internautes ont vu leur dossier transmis au parquet sur plus de 3 millions d'abonnés avertis.

Creative Content UK rassemble notamment la Motion Picture Association (MPA, la branche internationale de la MPAA), la British Recorded Music Industry (BPI, le lobby de l'industrie musicale en Grande-Bretagne), et les quatre principaux opérateurs télécoms britanniques : BT, Sky, TalkTalk et Virgin Media. L'initiative est aussi soutenue par la BBC, ITV, et plusieurs organisations d'ayants droits britanniques, dans la musique ou l'audiovisuel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés