Napster renaît de ses cendres en Europe... sous forme de service de streaming musical. Fini les échanges de fichiers en peer-to-peer, place à l'écoute légale de musique contre le paiement d'un abonnement mensuel.


Napster est de retour en France. Après une longue traversée du désert, le service américain est de nouveau accessible aux internautes français. Cependant, plus question pour la plateforme centralisée de poursuivre sa carrière dans l'échange de fichiers musicaux en P2P. Désormais, le logiciel – devenu spécialisé dans le streaming musical – se consacrera exclusivement à l'offre légale.

Sur le papier, la nouvelle version de Napster est très similaire à Spotify ou Deezer. L'usager se voit proposer un accès à un catalogue fort de 20 millions de titres contre un abonnement mensuel de 9,95 euros. Outre l'écoute en ligne, des fonctionnalités annexes sont proposées : écoute hors ligne avec stockage local des titres, accès depuis un terminal mobile (smartphone, tablette…), synchronisation entre les appareils.

La seule différence notable se trouve dans le modèle économique adopté par Rhapsody, la maison-mère de Napster. Un seul abonnement existe. Aucune offre gratuite n'est proposée, en dehors d'une période d'essai de 30 jours. Au moins, Napster fait preuve de simplicité en se concentrant sur une seule et unique solution, bien que cela prive les utilisateurs d'une certaine souplesse.

Outre la France, Napster arrive également en Autriche, en Belgique, au Danemark, en Finlande, en Irlande, en Italie, au Luxembourg, en Norvège, au Portugal, en Espagne, en Suède, en Suisse et aux Pays-Bas, soit un total de quatorze pays. Des applications iOS et Android sont d'ores et déjà disponibles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés