Arrêté au Guatemala, John McAfee aurait été trahi par les données EXIF d'une photographie publiée par un journaliste qui le suivait dans sa fuite.

Jusqu'à présent, Numerama n'avait encore jamais parlé des péripéties rocambolesques de John McAfee, le fondateur des logiciels de sécurité du même nom. L'homme s'est lancé dans un jeu sordide du chat et de la souris avec les autorités du Belize, qui souhaitent l'entendre après que son voisin Gregory Faull a été retrouvé mort dans sa piscine, tué par balle. Dans un scénario totalement improbable digne d'Hollywood, McAfee a voulu fuir la police en proclamant son innocence avant même d'être officiellement déclaré comme suspect, et s'est enfoui plusieurs heures dans le sable en laissant uniquement sa tête dépasser, recouverte par un carton, avant de fuir. Il a ensuite raconté sur son propre blog qu'il s'était refait le visage en coupant ses cheveux et en teintant sa barbe pour ne pas être reconnu, et entretenait depuis 3 semaines un véritable thriller sur sa fuite.

Mais hier, John McAfee a été arrêté au Guatemala pour son entrée irrégulière sur le territoire, alors qu'il venait solliciter l'asile diplomatique. Il a été remis aux services d'immigration, qui menacent de l'expulser vers le Belize, où il risque d'être inculpé pour meurtre.

Or, Scientific American raconte que c'est un article publié par Vice.com qui l'a certainement trahi. Le site s'était rapproché de McAfee pour documenter ses aventures, et a fait l'erreur de publier une photographie de McAfee et du rédacteur en chef de Vice.com. Or, les données EXIF du cliché n'avaient pas été nettoyées, et contenaient la localisation GPS de la photographie.

Sur son blog, avant l'arrestation, John McAfee a reconnu qu'un technicien de Vice avait bien "publié accidentellement mes coordonnées exactes". Mais il assurait alors qu'il avait pu se mettre en sécurité "malgré ce handicap".

Il semble que la police du Guatemala a tout de même pu exploiter l'information pour retrouver la trace de l'homme d'affaires, et l'arrêter. Ce qui ne l'empêche pas de bloguer, y compris depuis sa cellule.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés