Selon l'agence Reuters, qui cite différentes sources, AMD pourrait bientôt vendre tout ou partie de ses actifs pour faire face à une chute d'activité et à ses difficultés à trouver dans sa place dans un marché dont il n'a pas suffisamment anticipé les évolutions.

Alors qu'il était encore incontournable il y a quelques années sur le marché des ordinateurs personnels, parvenant à produire des processeurs au moins aussi rapides que ceux d'Intel à un prix moindre, AMD paraît aujourd'hui totalement dépassé par l'évolution du marché. Les perspectives de développement de l'entreprise créée en 1969 (un an après Intel) sont au plus bas, avec des réserves en trésorerie dans lesquelles il ne cesse de puiser.

Le fondeur se trouve pris en étau entre Intel et ARM, dans un marché où seule la mobilité est véritablement en croissance, alors qu'il s'agit du marché où il paraît le moins compétitif. AMD a même dû se résoudre à acheter des licences à ARM, pour des processeurs qui devraient voir le jour en 2014.

L'avenir étant des plus sombres, Reuters rapporte que l'entreprise californienne a mandaté la banque d'affaires JP Morgan pour envisager toutes les options possibles, jusqu'à la vente pure et simple d'AMD. La priorité de l'entreprise serait toutefois de trouver des financements pour acquérir des technologies et relancer sa R&D pour re-devenir compétitif sur le marché, ou de vendre son portefeuille de brevets.

Selon des analystes cités par l'agence de presse, Microsoft, Google, Samsung, Intel et Facebook feraient partie des interlocuteurs intéressés pour reprendre tout ou partie des activités d'AMD, dans le domaine des processeurs graphiques, des puces intégrées aux serveurs, ou des processeurs d'ordinateurs personnels.

"Quelques investisseurs pensent que certaines parties d'AMD pourraient être achetées par des entreprises technologiques qui pourraient vouloir émuler le contrôle étroit d'Apple sur les logiciels et les composants", assure Reuters.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés