Publié par Julien L., le Mardi 26 Juin 2012

Do Not Track : le réglage par défaut n'est pas l'enjeu pour Bruxelles

La Commission européenne est intervenue dans les débats sur le Do Not Track en affirmant que l'enjeu n'est pas de savoir si le réglage sera activé par défaut. Pour Bruxelles, l'enjeu est de fournir une information claire sur l'utilité du Do Not Track.

Début juin Microsoft a fait savoir que la prochaine version de son navigateur web bloquerait par défaut le pistage publicitaire en activant la future norme Do Not Track (DNT), actuellement développée par le W3C. Avec cette annonce, qui concernera uniquement Internet Explorer 10 sous Windows 8, Microsoft est devenu ainsi le premier éditeur à déployer d'office cet outil. Un choix loin d'être désintéressé.

Mais pour l'entreprise américaine, c'est surtout une bonne occasion de donner l'impression d'être du côté des internautes en généralisant une fonctionnalité qui améliore sensiblement leur vie privée. Le Do Not Track permet en effet de désactiver le suivi d'un utilisateur. Concrètement, il s'agit de demander aux publicitaires de diffuser des annonces génériques à la place des publicités ciblées. Mais l'instruction n'est pas contraignante.

Pour la Commission européenne, l'enjeu n'est cependant pas de savoir s'il faut oui ou non activer par défaut le Do Not Track. C'est l'éducation de l'internaute qui compte. Dans une lettre (.pdf) adressée au W3C et repérée par ZDNet, Bruxelles considère qu'il ne faut pas s'échiner à déterminer quel est le bon réglage par défaut du Do Not Track, parce que ce n'est pas déterminant dans un sens comme dans l'autre.

En revanche, le directeur en charge de la société de l'information et des médias au sein de la Commission européenne juge qu'il faut plutôt informer l'utilisateur de ce qu'est le Do Not Track, les choix possibles, leurs implications et la manière dont il peut modifier le paramètre. Lors du lancement d'un navigateur ou de sa mise à jour, une fenêtre (pop-up) pourrait par exemple jouer ce rôle.

La position de la Commission européenne a pour objectif de tracer un trait d'union entre la position de Microsoft, pour une activation par défaut, et celle d'autres éditeurs comme Mozilla. La fondation considère visiblement qu'il est préférable d'interdire l'activation par défaut du Do Not Track. Toute la question est de savoir quelle sera la ligne adoptée par le W3C, qui doit finaliser la norme d'ici la fin de l'année.

Une majorité d'acteurs reconnait toutefois que plus tôt le Do Not Track sera en place, mieux ce sera. "Un déploiement rapide du DNT sera une bonne chose" a affirmé Bruxelles.

Publié par Julien L., le 26 Juin 2012 à 12h07
 
3
Commentaires à propos de «Do Not Track : le réglage par défaut n'est pas l'enjeu pour Bruxelles»
Inscrit le 10/07/2008
3189 messages publiés
On répète que Do Not Track c'est du flan car il fait reposer le résultat sur la bonne volonté du serveur, alors que c'est au niveau du client que ça doit se jouer.
Inscrit le 28/11/2008
3158 messages publiés
Stop stoooooop !
Le DNT n'impose pas la diffusion de publicités génériques. Dans son implémentation Firefox, le DNT se contente de signaler au serveur (via le header du navigateur) que l'utilisateur ne souhaite pas être tracé. Libre au serveur de respecter ce choix, ou non !

Par exemple je peux configurer Piwik pour qu'il n'enregistre pas les données fournies par le navigateur avec DNT.. mais par défaut Piwik n'en tient pas compte.

Si les publicitaires jouent le jeu, alors tout va bien: les pubs envoyées à l'utilisateur au DNT activé seront génériques. Si les publicitaires font les goinfres et n'ont que faire du DNT, tant pis les pubs seront personnalisées.

Pour ma part j'active le DNT pour "avertir" le publicitaire que j'aime pas être tracé, et j'utilise Adblock Lite pour effectivement ne pas être tracé, parce que j'abhorre la pub et que je sais parfaitement que les publicitaires vont en large partie pas jouer le jeu.. à cause de Microsoft et ses conneries notamment.

S'il faut radicaliser les positions, alors imposons à tous l'interdiction de cookies, interdisons le stockage hors ligne de Flash, imposons l'uniformisation des user-agents et le masquage d'adresse IP à travers TOR. Et on peut continuer à jouer au con en supprimant le protocole DNS+HTTP et en imposant l'utilisation de Freenet. Qui c'est qu'a le dernier mot ?
Inscrit le 10/07/2008
3189 messages publiés
Arkados, le 26/06/2012 - 12:57
S'il faut radicaliser les positions, alors imposons à tous l'interdiction de cookies, interdisons le stockage hors ligne de Flash


Tu as les moyens d'imposer ça client-side. Pas besoin de demander. Je n'ai qu'une grosse vingtaine de sites autorisés à écrire des cookies HTTP. Quand à ceux de Flash, je n'en ai jamais vu un d'utile ce qui fait qu'ils sont globalement interdits. Je sais qu'il existe des méthodes plus perfides pour nous tracer, mais au moins on aura limité la casse.

Ensuite, il faut "traiter" les ping et objets persistents que nous amène le merveilleux HTML5.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juin 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8