Don Dodge, ancien vice-président de Napster aujourd'hui reconverti chez Microsoft, a publié hier une tribune sur News.com. Cinq ans après la mort du premier réseau de P2P musial, Dodge revient avec rétrospection sur les premières années du P2P.

« Nous étions naïfs à propos de ce que les maisons de disques accepteraient ou pourraient accepter« , indique Don Dodge après avoir rappelé ses tentavies de négocier avec l’industrie du disque pour transformer Napster en mine d’or. « Il n’était pas raisonnable de s’attendre à pouvoir défier le fondement de leur modèle économique et qu’ils acceptent ensuite de travailler ensemble en partenaires. Il est maintenant clair qu’ils n’auraient pas pu passer d’accord avec Napster même s’ils l’avaient voulu. Leurs contrats d’alors avec les artistes n’avaient aucune clause de versement de droits d’auteur pour la distribution numérique de chansons à l’unité. Les paiements des artistes étaient tous basés sur les ventes de CD à travers les chaînes de distribution normales. Il leur a fallu plusieurs années pour ré-écrire leurs contrats avec les artistes et arriver au stade où aujourd’hui vous pouvez acheter une seule chanson par téléchargement numérique« .

Voilà ce qui ce que l’on pourrait appeler de l’empathie post-mortem, ou peut-être une manifestation économique du syndrôme de Stockholm.

Rassurons-nous, Dodge n’a pas perdu tout sens critique. A l’époque de Napster, ils ont appris beaucoup de leçons, raconte-t-il. Et « la leçon commerciale d’Internet c’est que vous pouvez attirer un public beaucoup plus large – et générer davantage de revenus – avec une approche de type ‘essayez-le gratuitement et achetez-le si vous aimez’. Cinq ans plus tard, l’industrie de la musique lutte toujours pour savoir comment faire fructifier le modèle économique d’Internet« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés