Jean-François Cecillon a décidé de mettre de l'ordre chez EMI Music France, avec en toile de fond le développement de l'exploitation des nouveaux média pour la promotion des artistes.

EMI Music FranceC’est un symbole fort pour les nouvelles orientations d’EMI Music France. Son président Jean-François Cecillon, également président d’EMI Music sur tout le continent européen, a fait du directeur de la stratégie numérique le « Directeur Général Adjoint Stratégie & Développement ». Morvan Boury, qui devait auparavant reporter à la division Nouveaux Média créée il y a cinq ans, sera donc désormais directement placé aux côtés du grand patron de la troisième plus grande maison de disques européenne.

Dans une note interne, J.-F. Cecillon indique que Morvan Boury sera chargé d’accentuer la stratégie numérique du groupe, « l’objectif étant de développer des artistes et des projets et de les connecter a leurs consommateurs à travers des techniques de communication innovantes« . EMI a déjà beaucoup oeuvré pour explorer de nouveaux terrains, en jouant régulièrement les cobayes sur les nouveaux outils. Ils ont ainsi été les premiers à vendre leur catalogue de musique sur Internet en 2000, et récemment ce sont également eux qui ont exploré en France le DVD musical jetable ou le plus contesté support Gruvi de Sandisk.

« Je suis persuadé que l’expérience frontline de Morvan chez Labels, où il a su travailler avec succès avec des artistes aussi variés que Cali, Daft Punk, Interpol, Moby, Miss Kittin, J-L Murat ou Depeche Mode lui permettra d’assumer pleinement sa nouvelle fonction transversale sur l’ensemble des artistes EMI Music France« , écrit Cecillon en forme d’hommage et d’encouragement.

EMI saura-t-elle pour autant prendre le vent dans les voiles du P2P ? La maison de disque est pour le moment clairement opposée à cette idée, sauf bien sûr dans des cadres très stricts comme ceux de Snocap. A l’instar de ses trois complices, EMI refuse de croire qu’il puisse y avoir une coexistence pacifique et constructive entre le peer-to-peer actuel dit « sauvage » et les modèles économiques nécessaires à la vente de musique en ligne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés