Alors qu'en France le CSA est encore en train d'étudier les réponses à sa consultation publique, la radio numérique par satellite connaît un succès phénoménal aux Etats-Unis, et devrait maintenant débarquer au Canada.

Sirius vient d’obtenir le feu vert des autorités canadiennes pour offrir à la population les services de radio par satellites qui ont fait leur preuve aux Etats-Unis. Le cabinet fédéral a confirmé la décision du Conseil de la Radiodiffusion et des Télécommunications Canadiennes (CRTC) du 16 juin dernier. Dans cette décision, le Conseil approuvait « les demandes de licence présentées par SIRIUS Canada Inc. (SIRIUS Canada) et par Canadian Satellite Radio Inc. (CSR) en vue d’exploiter des services de radio par abonnement distribués par satellite et par voie terrestre« .

Ce sont ainsi de tous nouveaux modèles économiques que Sirius souhaite importer au Canada. La formule de l’abonnement payant pour écouter plus de 120 stations de radio sans publicité a parfaitement fonctionné aux Etats-Unis.

Fin 2004, en moins de quatre ans d’exploitation, Sirius et son seul concurrent XMRadio comptaient déjà 5,5 millions d’abonnés, pour 12,95 $ par mois (environ 10 euros).

Outre l’absence de publicité, la radio satellitaire (S-DAB) a de nombreux avantages. Elle permet de receptionner avec une qualité parfaite sur tout le territoire, et augmente considérablement le nombre de stations diffusables sur les antennes.

Plus que la radio à la radio

En France, Alcatel, Astra et la jeune pousse ad hoc Viatis Satelitte Radio se sont d’ores-et-déjà dits très intéressés pour prendre part à la diffusion de la radio par satellite. « Au-delà des données associées au programme radio telles que nom de l’artiste ou titre du morceau qui seront affichées en temps réel, on peut notamment évoquer le fait d’être alerté lorsqu’un de ses artistes préférés (ou une de ses chansons préférées) passe sur un canal radio sur lequel l’auditeur n’est pas calé, ou la possibilité de recevoir des informations annexes en simultané de l’écoute du flux radio (cours de bourse, titres actualités, suivi de rencontres sportives, etc)« , raconte ainsi Viatis en évoquant les possibilités offertes par le S-DAB. Mais il ne s’agit pas d’avoir le récepteur chez soi au fond du salon. Lorsque l’on parle de radio par satellite, un seul mot est sur toutes les lèvres : voiture.

Aux Etats-Unis, GM et Honda équipent déjà leurs voitures en première monte avec un récepteur satellite. Pour les autres, il faut compter environ 99 $ pour un équipement de base.

« En tant que plateforme de loisirs, intégrée au concept de voiture intelligente, l’offre de service vise de plus à proposer un ensemble d’informations liées au voyage, comme la météo, l’état du trafic, des temps de parcours, ou des informations« , ajoute Viatis.

Mais en France, il faudra encore attendre au moins jusqu’en 2008 avant de voir arriver les premières offres…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés