Alors que l'on s'inquiète de la santé de Napster, celle de RealNetworks et de son service Rhapsody semblerait être au beau fixe. La société a augmenté ses revenus de 26% en un an, et dégage un bénéfice net de 4,7 millions de dollars.

L’heure est à l’optimisme chez Real. La société enregistre un bilan des plus encourageants pour la suite des opérations. Elle a ainsi dégagé un chiffre d’affaire de 82,7 millions de dollars au deuxième trimestre 2005, soit une augmentation de 26 % par rapport à la même période l’an dernier.

Son activité musicale a dégagé à elle seule 24,1 millions de dollars de chiffre d’affaires, contre 15 millions au deuxième trimestre 2004. Au 30 juin 2005, Real comptait plus de 1,15 millions d’abonnés à son service Rhapsody ; ils étaient 550.000 il y a un an.

« Nous sommes particulièrement contents de notre lancement de Rhapsody 25, une alternative de musique gratuite convaincante et légitime aux sites illégaux de P2P« , se réjouit Rob Glaser, le président de la société. Ce service permet de proposer aux Américains une version gratuite de Rhapsody, par laquelle ils peuvent écouter et partager jusqu’à 25 chansons tous les mois.

Ce dernier trimestre, Real a également lancé Rhapsody-To-Go, un concurrent direct du service Napster To Go qui permet aux possesseurs de lecteurs WMA « plays-for-sure » de bénéficier d’un abonnement illimité avec transfert des morceaux sur baladeur. La société n’a pas dévoilé quelle part de ses revenus étaient dûs à ce nouveau service.

Mise à jour :

Comme le note judicieusement Ohm sur nos commentaires :
« Realnetworks a su formidablement redresser la tête en l’espace d’un an, dégageant un bénéfice net de 4,7 millions de dollars contre une perte de 4,6 l’an passé. Et cet afflux de rentabilité n’est pas seulement lié à l’augmentation de son chiffre d’affaires. L’EBITDA (la part de richesse qui reste à l’entreprise après avoir financé les facteurs de production) a progressé d’une insuffisance de 1,5 million de dollars contre un très bel excédent de 6,4 millions de dollars !

Une très belle variation qui n’aurait pu être produite sans un travail courageux sur les marges, en voie de retrouver leur niveau du premier trimestre 2003.
« 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés