Amusons-nous un peu avant que le 1er avril ne vienne gâcher de son sérieux la franche plaisanterie que nous offre quotidiennement l'industrie du disque. Reprenons notre article précédent, et remplaçons le terme "disque" par "baguette de pain", et "cinéma" par "croissant au beurre".

En novembre et en décembre 2004, l’industrie de la baguette de pain française a enregistré une hausse successive de +6 % et +9 % de son chiffre d’affaires par rapport à la période 2003.

Au Canada, l’industrie de la baguette de pain a connu en 2004 une hausse de +5 % de son chiffres d’affaires par rapport à 2003.

Au Royaume-Uni, le nombre de baguettes vendues en 2004 était de +2,3 % par rapport au chiffre de 2003.

Aux Etats-Unis, pour la troisième année consécutive, le revenu brut de l’industrie du croissant au beurre s’est élevé au-dessus de la barre des 9 milliards de dollars. 2004 marquait ainsi la première période triénnale à cumuler autant de gloutons dans les pâtisseries que dans les années 1950, juste avant que le Mc Donald’s n’envahisse les foyers comme internet le fait aujourd’hui.

Aujourd’hui, apprend-t-on d’un communiqué de l’Association Américaine de l’Industrie de la Baguette de Pain (BBIAA) : « Après une baisse de quatre années consécutives, le nombre de baguettes expédiées dans le pays par les maisons de baguettes de pains aux chaînes de distribution a augmenté de 5,3 % — une augmentation de 2,7 % en valeur — en 2004, comparé à l’année précédente« .

A l’OCDE, on remarquait lors d’un récent rapport que la population des voleurs de baguettes et de croissants avait augmenté de 30 % entre avril 2003 et avril 2004, et que tous les indicateurs montraient une croissance constante et non un ralentissement.

En tout, près de 10.200 plaintes ont été lancées contre les voleurs de baguettes dans le monde, dont 9476 aux Etats-Unis, 683 en Europe (une cinquantaine en France) et 29 au Canada.

« L’enthousiasme du public pour la baguette de pain est plus fort que jamais« , reconnaît la BBIAA.

Les boulangers s’enrichissent, les clients se goinfrent. Finalement, tout le monde grossit, et tout le monde est content.

Oui mais.

Ce petit détournement burlesque, totalement absurde, montre bien que l’on ne peut traiter la musique comme on traite des croissants et des baguettes de pain, et qu’il serait bon d’arrêter de considérer les P2Pistes comme des voleurs et de porter plainte contre ceux qui partagent la musique qu’ils aiment. L’estomac a des limites que l’oreille et le disque dur n’ont pas. Si l’on imagine mal que le nombre de baguettes vendues se mette à exploser sans que n’explosent les ventres, on imagine sans peine que les internautes téléchargent et partagent aujourd’hui à profusion ce qu’ils continueront d’acheter par ailleurs, sous une forme ou sous une autre…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés