Convaincue de la légalité des sites de liens P2P, l'équipe du site LokiTorrent récolte actuellement l'argent nécessaire à sa défense.

Bien qu’il soit toujours en ligne, LokiTorrent.com a été la cible de l’une des nombreuses plaintes lancées par l’association américaine de l’industrie cinématographique. « LokiTorrent a été officiellement poursuivi par la MPAA !« , annoncent les administrateurs de l’une des plus sérieuses alternatives aux défunts Youceff et autres SuprNova. En réaction, le site de liens BitTorrent demande à la communauté de les aider à récolter les fonds nécessaires à leur prochaine défense devant les tribunaux.

Près de $9.000 ont déjà été récoltés, sur un minimum nécessaire estimé à $30.000. « Le moindre centime de ce fonds ira à la défense aux autres coûts associés à la sauvegarde du peer-to-peer dans son ensemble« , assure LokiTorrent. « Ça peut paraître une grosse somme, mais les frais juridiques sont TRES onéreux, et $30.000 est le minimum requis« .

Les sites de liens BitTorrent sont-ils illégaux ?

Pour l’équipe du site, la légalité de LokiTorrent ne fait pas de doute. « C’est un simple tracker« , expliquent-ils avant de préciser : « Aucun fichier n’est hébergé sur ce site et en tant que tel, le tracker et ses membres et propriétaires n’ont absolument aucun moyen de vérifier ce que les gens partagent – ça ne fait que tracer la signature du fichier (Hash ID) et les adresses IP des utilisateurs connectés à un torrent particulier. C’est la responsabilité [des utilisateurs] de vérifier que le contenu des fichiers qu’ils téléchargent est légal [dans le pays où ils habitent]« .

Le débat rappelle pourtant celui des liens HTTP et de la responsabilité des webmasters qui créent un lien direct vers un contenu illicite, hébergé sur un serveur qui ne leur appartient pas. La jurisprudence a depuis longtemps décidé que le webmaster était tout autant responsable, puisqu’il connaît la nature des données vers lesquelles il crée le lien, et participe ainsi activement à la violation des droits. « Serait donc contrefacteur à titre principal, non seulement celui qui, sur son site, offre des fichiers contrefaisants, mais également celui qui crée sur son site des liens hypertextes permettant d’y accéder« , rappelait Cyril Rojinksy dans une chronique publiée en décembre 2002.

La situation des créateurs et hébergeurs de liens BitTorrent est-elle différente ? A priori non. Mais c’est peut-être ce qu’auront à décider des juges américains si un procès MPAA vs LokiTorrent éclate.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés