Le fabricant taïwanais de téléphones mobiles HTC exige le retrait des ROM distribuées non officiellement sur Internet, et menace d'intenter des poursuites en contrefaçon.

Mise à jour : plusieurs lecteurs nous précisent à raison que seule la diffusion de ROMs embarquant le logiciel propriétaire de HTC, HTC Sense, est visée par le constructeur. Les ROMs basées sur le système d’exploitation Android mais qui ne reprennent pas la partie propriétaire de l’interface ne sont pas visées.

C’est une attitude que l’on n’attendait pas du côté de HTC, et qui ne devrait pas renforcer son image auprès des « power users ». Le constructeur taïwanais de téléphones mobiles a écrit au site Shipped-ROMs.com pour exiger qu’il cesse d’héberger ce qui fait son essence : les ROM.

Créé il y a environ un mois, le site propose aux possesseurs d’appareils HTC des fichiers non officiels de mise à jour de leur firmware. Ils permettent de ne pas attendre parfois plusieurs mois la mise à disposition officielle des nouvelles versions des systèmes d’exploitation pour leur téléphone, ou de profiter des interfaces conçues pour d’autres téléphones sur le leur.

Mais HTC a choisi d’user de ses droits de propriété intellectuelle pour interdire la distribution de ces ROMs non officielles, qui rendent pourtant service à ses clients. Dans sa lettre, le fabricant parle de « dommage irréparable » causé à HTC, de « délit grave », et prévient que des poursuites judiciaires seront engagées si le site n’obtempère pas.

Pour le moment, Shipped-ROMs.com s’est contenté de reproduire le courrier sur son site, sans supprimer la centaine de ROMs mise à disposition des internautes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés