Depuis plus de cinq ans maintenant, Blizzard domine le marché des jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs. Malgré l'arrivée de challengers très prometteurs, aucun n'a réussi à remettre en cause cette suprématie. Et si les studios concurrents changeaient de tactique ?

Est-il encore possible d’arrêter World of Warcraft ? C’est la question très sérieuse que se sont posés différents développeurs et éditeurs dans le milieu du jeu en ligne, las de voir Blizzard phagocyter complètement le marché des jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs (MMO). En effet, depuis son lancement en 2004 (février 2005 pour l’Europe) le jeu a réussi a conquérir fin 2008 plus de 11,5 millions de joueurs à travers le monde. Et la franchise ne montre aucun signe de faiblesse : une troisième extension – Cataclysm – est en cours de développement.

Et le constat risque d’être amer pour tous les joueurs espérant l’arrivée d’une nouvelle licence qui modifie la donne. Selon Jack Emmert, le directeur opérationnel responsable du développement de Star Trek Online chez Cryptic Studios, le jeu ne peut tout simplement pas être battu à l’heure actuelle. « World of Warcraft a conquis le marché de l’abonnement mensuel » a-t-il déclaré à MCV.

Jusqu’à présent, il est vrai que les différents challengers ne sont pas parvenus à inverser la tendance, que ce soit Guild Wars, Age of Conan : Hyborian Adventures, Warhammer Online : Age of Reckoning ou encore, plus récemment, Aion : The Tower of Eternity. « Aucun jeu ne peut renverser la suprématie de WoW » a ajouté le développeur. « La seule chose qui fera tomber WoW est le temps ou la technologie » a-t-il estimé, même si de nouvelles licences vont arriver prochainement, comme Star Wars : the Old Republic ou Star Trek Online.

Même sentiment chez Icarus Studio, qui a notamment développé Fallen Earth. Pour Wes Platt, « considérant que le prochain titre majeur MMO sera World of Warcraft : Cataclysm, je pense qu’il est peu probable qu’un autre jeu puisse détrôner WoW, à part WoW lui-même« . Et pourtant, ce n’est pas faute de concurrence, puisque des jeux « ont un potentiel intéressant » a nuancé Wes Platt.

Pour Rob Smith, le COO de Jagex, le problème vient plutôt des studios eux-mêmes. Selon lui, ils ont commis l’erreur de vouloir concurrencer World of Warcraft sur son propre terrain, en essayant d’attirer des joueurs déjà conquis par l’univers de Blizzard. Il n’est donc pas étonnant de voir des jeux pourtant prometteurs se casser lamentablement la figure. Or, pour conquérir des parts de marché, il faut peut-être changer de fusil d’épaule en adoptant une nouvelle tactique.

« Contrairement aux années précédentes où les éditeurs ont ciblé directement le public acquis à Blizzard, les perspectives pour 2010 semblent assez différentes » a-t-il estimé. « Le jeu qui doit renverser WoW ne doit pas venir de l’univers médiéval-fantastique. Il suffit de regarder le succès de FarmVille pour voir à quel point un MMO « casual » peut avoir du succès« . D’ailleurs, n’est-ce pas ainsi que Nintendo a fait la course en tête, avec sa Wii ? Le constructeur japonais a su s’adresser à une toute nouvelle population de joueurs, en se concentrant sur le « casual gaming », laissant Sony et Microsoft se déchirer pour attirer les joueurs réguliers et les « hardcore gamers ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés