Avec l'aide de l'ALPA, l'Association de Lutte contre le Piratage Audiovisuel, les autorités ont mis la main sur une vingtaine de serveurs et arrêté dix personnes suspectées d'être impliquées dans l'organisation du groupe Snowtigers

Mise à jour : notre ami Korben écrit sur son blog que selon un « contact anonyme avec une personne proche des admins de SnowTigers », les serveurs du site, hébergés à l’étranger, n’auraient pas été saisis. Il n’y aurait donc aucun log permetant de s’attaquer aux utilisateurs.

Selon les informations du site Zataz, le célèbre groupe SnowTigers (une sorte de The Pirate Bay français, avec une très forte communauté, mais réservé aux membres) aurait été démantelé, avec 21 serveurs saisis et 10 personnes arrêtées en région parisienne et à Toulouse. L’ALPA, l’Association de Lutte contre le Piratage Audiovisuel, a expliqué qu’elle avait « travaillé très étroitement avec les militaires » pour retrouver les organisateurs du site semi-privé. En fait avec la Gendarmerie Nationale, qui dépend du ministère de la Défense. L’art de la formule.

Frédéric Delacroix, président de l’ALPA, a assuré que SnowTigers était une « organisation clairement criminelle« , qui aurait des contacts partout dans le monde avec différents groupes warez. « Le site a engrangé plusieurs centaines de milliers d’euros« , a-t-il ajouté, précisant que « toutes les personnes qui ont versé de l’argent peuvent dorénavant être inquiétés« . De même, « les très gros utilisateurs » pourraient être poursuivis, a-t-il menacé.

L’objectif est simple : faire peur aux 250.000 internautes qui se sont inscrits sur le site, ou à ceux qui seraient tentés de devenir membre, par la suite, d’autres communautés du même genre.

Pour tenter de se mettre à l’abri des regards indiscrets, Snowtigers était réservé à des membres invités. Mais le site, qui donnait accès à des films, jeux vidéo, musiques, logiciels ou séries TV, a donné lieu à un véritable trafic. Certains sites avaient même été montés spécialement pour revendre des comptes Snowtigers, à plusieurs dizaines d’euros l’unité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés