Il fallait s’y attendre. Apple commence à avoir de plus en plus de difficultés à justifier son attitude vis à vis des développeurs qui soumettent des logiciels pour l’iPhone ou l’iPod touch sur l’App Store. La dernière décision en date de la firme de Cupernino, qui ajoute un peu plus d’essence sur le feu, est d’interdire aux développeurs qui se voient refuser leur application de le crier sur la place publique et d’exposer les motifs communiqués par Apple pour justifier leur refus. Habitué à cultiver le secret dans ses propres rangs, la Pomme veut étendre la chape de plomb aux milliers de développeurs volontaires qui participent au développement de la logithèque mobile d’Apple, en leur imposant des accords de non divulgation (NDA) similaires à ceux que signent ses employés.

Ces dernières semaines, Apple a refusé de référencer des logiciels sur l’App Store parce qu’ils pouvaient choquer la morale publique, parce que la firme de Cupertino ne voyait pas leur utilité, ou parce que les programmes soumis pouvaient entrer en concurrence avec des fonctionnalités prévues par des produits d’Apple. Or l’iPhone étant étroitement lié à iTunes, il n’est pas possible d’installer des applications qui ne sont pas distribuées par Apple via son App Store (sauf à détourner les protections du téléphone).

Le vase commençant à bien se remplir, des développeurs ont décidé de lancer une pétition avant qu’Apple ne verse la dernière goutte qui le fera déborder. « Cher Steve, en tant qu’utilisateurs de l’iPhone, nous aimerions vous dire notre consternation face aux « vagueries » d’Apple, son ineptie et son arrogance dans ses relations récentes avec les développeurs sur l’App Store« , commence la pétition. Les signataires critiquent la position « indéfendable » d’Apple, et assurent que « si les développeurs de l’App Store décident de déserter en masse la plateforme de l’iPhone nous n’aurons absolument aucun scrupule à les suivre« .

Plusieurs développeurs d’applications refoulés par Apple ou frustrés du manque de flexibilité laissé par la firme de Cupertino ont déjà décidé de basculer sur la plateforme Android de Google.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés