Le LG W8 Signature est un téléviseur OLED haut de gamme hors du commun. Mais plutôt inaccessible financièrement.

7 000 euros. Il n’est pas toujours pertinent de parler d’un produit en commençant par son prix, sujet qui peut fâcher. Mais dans le cas du téléviseur OLED W8 de LG, il parait difficile de passer à côté des chiffres affichés, au hasard, chez Darty. Effectivement, nous sommes ici en présence d’un objet dit « Signature » facturé 7 000 euros dans sa version 65 pouces (il y a plus cher). La notion de prix est subjective et dépend d’énormément de paramètres intimes : la somme que nous sommes prêts à engager, la passion pour le produit et, bien sûr, les revenus dont nous disposons. Aussi est-il intéressant de le mettre en perspective avec la concurrence.

Sur ce point, la W8 ne part pas forcément favorite. Avec son positionnement tarifaire inouï, la W8 coûte 2 fois plus cher qu’une C8, autre télé haut de gamme du constructeur dont la taille est équivalente. Aujourd’hui, pour 5 000 euros, vous pouvez déjà passer à la 8K en allant frapper à la porte de Samsung et de sa technologie QLED, boostée par une mise à échelle faisant appel à une intelligence artificielle. Que peut-on acheter pour quelques milliers d’euros de plus ? Un design hors du commun.

Télé OLED LG Signature W8 // Source : LG

La télé en lévitation

Avec sa W8, LG pousse le concept de la télé accrochée au mur dans ses ultimes retranchements : son spécimen donne l’impression d’être en lévitation. Un choix de design que l’on retrouve sur d’autres modèles plus classiques, dont le pied est notamment composé d’un morceau de plastique transparent. La W8 va beaucoup plus loin. D’ailleurs, vous n’avez d’autre choix que de la plaquer contre le mur, ce qui sous-entend des contraintes qui ne siéront pas à toutes les pièces et tous les intérieurs. Et on insiste sur le mot plaquer : une fois installée, la W8 ne dépassera que de quelques millimètres (moins de cinq, soit l’expression parfaite de l’écran plat), une prouesse assez bluffante qui s’explique par une section électronique 100 % déportée.

La W8 est donc composée de deux éléments. D’un côté, il y a la dalle d’une finesse absolue, d’où ne dépasse qu’un câble plat venant se relier à une très lourde barre de son. La mise en place n’est pas une sinécure. Il est d’abord nécessaire d’installer une accroche qui accueillera l’écran magnétisé à certains endroits pour être sûr qu’il soit bien collé. Il y a juste un hic dans cette configuration exclusive : malgré sa faible épaisseur et sa transparence, le câble à brancher à la barre de son nécessite quand même une petite cavité dans le mur, sans quoi le bas de la télé sera légèrement bombé. Dans le jargon, on appelle cela une saignée.

Une intégration particulière dans un intérieur

Regroupant toute la connectique (dont 4 ports HDMI), la barre de son, qu’il faut poser sur un meuble — design — placé en-dessous, affiche pour sa part des courbes très élégantes malgré sa taille à prendre en compte. Car si la partie écran entend se fondre dans le décor, la partie sonore veut assumer sa présence — pas seulement dans nos oreilles. Autre petit détail qui a son importance : quand on allume la W8, la barre de son fait sortir ses hauts-parleurs et retentit, ce qui garantit une immersion dès les premières secondes.

Le câble qui relie l’écran de la W8 à la barre de son // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Cette association audacieuse — et terriblement fragile — ne laissera personne indifférent. Il y a de quoi impressionner des visiteurs lorsqu’ils voient la W8 pour la première fois. C’est d’abord ce que vous achetez quand vous payez les 7 000 euros réclamés : un effet « wahou » sans même que le téléviseur ne soit allumé, doublé d’une intégration sans équivalent dans un intérieur — minimaliste, épurée et diablement réussie.

On sera en revanche beaucoup moins dithyrambique sur la télécommande. Si la Magic Remote est pratique (merci la reconnaissance de mouvement) et ergonomique, cette télécommande commune à tous les téléviseurs LG tranche dans sa simplicité avec la qualité exquise du téléviseur. À produit d’exception, on aimerait avoir un accessoire d’exception, qui affirmerait d’autant plus le positionnement ultra haut de gamme de la W8.

La télécommande de la LG W8 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Une image d’exception

Fort heureusement, on n’achète pas qu’un objet d’art avec la W8. On s’offre aussi une image d’exception. Pour cela, la télé s’en remet au meilleur de la technologie OLED conçue par LG (seul fournisseur de dalles sur le marché, rappelons-le). En témoignent ces noirs d’une profondeur abyssale, ces couleurs d’une éclatante richesse et ces angles de vision d’une générosité sans équivalent. À tout point de vue, le spectacle visuel proposé par la W8 est ébouriffant. Il faut cependant mettre un peu le nez dans les réglages pour en tirer le meilleur, la justesse en sortie de carton n’étant pas le point fort de LG (contrairement à Sony, par exemple).

C’est avec les contenus HD et UHD que la W8 s’accorde le mieux

Bien sûr, la W8 dispose de plusieurs modes adaptés à différents types de contenus. Certains sont néanmoins à proscrire et on ne conseille que les essentiels : standard, ISF et jeux. Il faut aussi veiller à ne pas trop pousser le moteur de compensation de mouvements, qui est là pour fluidifier le rendu. Même si LG a fait des gros progrès en la matière, il est encore loin des ténors (Philips, Sony) et engendre des artefacts dès que l’on se montre trop gourmand. Argument de choc pour les joueurs : la W8 jouit d’un input lag très faible.

Exigeante et sensible, la technologie OLED ainsi présentée et épaulée par le processeur Alpha9 n’a pas propension à faire de miracles sur les sources de mauvaise qualité. Sans doute parce que l’upscaling made in LG ne cherche jamais à trop en faire (il n’en a pas vraiment les moyens). C’est avec les contenus HD et UHD que la W8 exprime le mieux son potentiel — encore davantage avec ceux compatibles HDR, qu’ils soient d’obédience HDR10 ou Dolby Vision. Là, on en prend plein les yeux avec des scènes sombres très lisibles, des pics lumineux appuyés (la grande faiblesse des OLED) et des contrastes renforcés. D’un coup, l’image devient dense, pleine de nuance et éclatante.

Télé OLED LG Signature W8 // Source : OLED

Un son supérieur à la moyenne

Pour régaler les oreilles, la W8 ne se contente pas de simples hauts-parleurs, qui pousseraient les puristes à se rabattre sur une solution bien plus convaincante (un home cinéma). Elle préfère effectivement opter pour une barre de son 4.2 aux prestations abouties. À l’arrivée, on profite d’un spectacle qui remplit bien une pièce aux dimensions moyennes, avec une forte présence située au centre (belle intelligibilité des voix) et une enveloppe surround sympathique quand le besoin s’en fait sentir.

Sur les promesses Atmos, mot-clef à la mode sur le marché, le constat est davantage mitigé. On peine à apprécier les effets censés venir d’en haut et l’exigence fait vite apparaître les limites d’une configuration simplifiée (alors que le Atmos implique une installation complexe). Dans tous les cas, la W8 assure des performances sonores d’excellente facture. La cible du produit, a priori, ne voudra pas s’embêter avec plusieurs enceintes et le câblage qui va avec. Elle sera alors ravie de bénéficier, quand même, d’une restitution bien supérieure à la moyenne des téléviseurs.

Télé OLED LG Signature W8 // Source : LG

Smart sans plus

Pour la partie smart, LG fait confiance à WebOS, un portail réseau très, très limité, surtout si on le compare à Android TV. Par exemple, sur le store, vous ne trouverez pas toutes les applications du marché. Amazon Prime et Netflix sont bel et bien disponibles — et accessibles via une touche dédiée de la télécommande — mais pas de trace de MyCanal ou encore RMC Sport pour ne citer qu’eux. Pour le coup, il serait temps que LG migre vers la solution de Google, d’autant que ses téléviseurs sont compatibles avec Assistant (si on cherche bien dans les menus, colorés mais pas pratiques).

Cela veut dire que la W8 est déjà capable d’accepter des commandes vocales, que ce soit en natif via la Magic Remote ou via un périphérique Google Assistant. L’intégration laisse toutefois à désirer tandis que les options restent limitées. Meilleur exemple : vous ne pourrez pas allumer votre télé avec votre voix. Ce serait pourtant la fonctionnalité la plus intéressante du lot. On retrouve sinon les possibilités basiques, comme le lancement d’une application, la gestion des périphériques domotiques (lumière, chauffage) ou l’accès à la météo.

Télé OLED LG Signature W8 // Source : LG

En bref

TV LG Signature W8

Note indicative : 5/5

Davantage objet d'art que téléviseur haut de gamme, la W8 de la série Signature de LG séduit par son design atypique, singulier. Il transforme le produit en un véritable papier peint. Une fois accrochée au mur, la W8 se fond dans le décor avec élégance et raffinement. 

La W8 est aussi un téléviseur qui empile les images toutes plus belles les unes que les autres (ce qui est encore plus vrai avec une source UHD HDR). Pour ce faire, elle s'appuie sur la technologie OLED, qui ne déçoit jamais vraiment tant elle est capable du meilleur. 

Enfin, la W8 assure un spectacle sonore allant au-delà du strict minimum. La barre de son compatible Dolby Atmos remplit son office avec un rendu suffisamment puissant. 

Tout cela a malheureusement un prix : 7 000 euros. 

Top

  • Un design magnifique
  • Une image magnifique
  • Un son (presque) magnifique

Bof

  • Il serait temps d'en finir avec WebOS
  • La télécommande hors-sujet
  • Sept. Mille. Euros

Partager sur les réseaux sociaux