Le 11 novembre, d'étranges ondes sismiques ont été enregistrées près de Madagascar. Elles pourraient être liées à la présence d'une activité volcanique près de Mayotte.

Il était 9 heures 30 (TU) le 11 novembre 2018 lorsque plusieurs pays ont enregistré d’étranges ondes sismiques. L’événement semble avoir commencé à 24 kilomètres des rives de Madagascar, puis a aussi été repéré en Zambie, au Kenya, en Ethiopie, au Chili, en Nouvelle Zélande, au Canada et jusqu’à Hawaii.

Pourtant, personne ne semble avoir ressenti la moindre secousse. Sur Twitter, le compte @matarikipax a attiré l’attention sur l’activité sismique enregistrée par l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS) le jour même.

Toutes les 17 secondes

Depuis, les scientifiques se passionnent sur ces enregistrements qui n’ont toujours pas été expliqués, a relayé National Geographic le 28 novembre. Comment expliquer la présence de ces ondes lentes, alors qu’aucun tremblement de terre n’a été ressenti ? Par ailleurs, les scientifiques s’étonnent que les ondes enregistrées à Mayotte soient monochromatiques : l’onde se produit à une fréquence précise, puisqu’elle se répète au bout de 17 secondes.

La localisation des ondes sismiques enregistrées au nord de Madagascar laisse penser aux scientifiques qu’il pourrait y avoir un lien avec une autre activité enregistrée à Mayotte, une île voisine. Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) enregistre en effet depuis le 10 mai 2018 une activité sismique sur l’île. L’organisme a régulièrement publié des points de situation pour tenter de comprendre les différents événements survenus à proximité de l’île, qu’il qualifie également d’ « essaim de séismes. »

La localisation des ondes sismologiques enregistrées par le BGRM. // Source : BGRM

Un réservoir magmatique

D’après une note publiée par le BRGM le 12 novembre, une hypothèse permettrait d’expliquer d’où viennent les ondes sismiques qui ont été enregistrées. Le bureau de recherches suggère qu’elles pourraient être liées à une activité volcanique et plus précisément au « vidage d’un réservoir magmatique. »

La chambre en train de déverser son magma se trouverait à 50 kilomètres de Petite-Terre, la deuxième île de Mayotte. L’éruption volcanique aurait lieu à 30 kilomètres de profondeur. Le BRGM note qu’ « il n’y a pas d’observations de remontée de gaz volcaniques » car la croute océanique se trouve à plus de 3,5 kilomètres de profondeur.

Si cette hypothèse semble plausible, la communauté scientifique doit encore réaliser des mesures en terre et en mer pour confirmer qu’il s’agit bien d’une activité volcanique. En attendant, les sismologues continuent de se passionner pour ces ondes émises au-delà des côtes de Madagascar.

Partager sur les réseaux sociaux