Publicité Nouveau modèle d’utilisation informatique doté de nombreux atouts, le cloud computing séduit un nombre croissant d’entreprises. Pour de nombreux cabinets d’études, la création d’emplois figure parmi les grands enjeux du cloud à l’horizon 2020.

Le cloud computing a pris de plus en plus d’ampleur dans les entreprises ces dernières années. Grande évolution technologique de ces dernières années, le concept d’« informatique dans les nuages » a totalement repensé l’infrastructure informatique et son rôle dans l’entreprise. Cette offre, qui s’est démocratisée grâce aux services de stockage à distance et webmails gratuits, peut désormais offrir beaucoup. Les entreprises peuvent utiliser uniquement les ressources informatiques dont elles ont besoin et réaliser des d’économies d’échelle, avec à la clé, des répercussions financières intéressantes.
 
Le cloud, un secteur porteur
 
Le marché du cloud computing en France a généré près de 3 milliards d’euros en France en 2012 tandis qu’il enregistrerait un total de 111 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde. D’après les prévisions, il devrait également connaître une forte croissance cette année, autour de 20 %. Surtout, le cloud computing devrait soutenir le marché de l’emploi et générer 14 millions d’emplois à travers le monde. En France, IDC prévoit la création d’un peu plus de 189 000 emplois dans le cloud computing alors que le ministère du Travail table sur 80 000 créations nettes et 154 000 postes à pourvoir d’ici à 2020.
 
Recrutement cloud : de nouveaux besoins
 
Face à l’explosion de ce besoin, le marché de l’emploi connaît cependant une forte pénurie de compétences dans ce domaine. Selon un rapport publié par le cabinet d’études et de conseil sur l’informatique et les télécommunications IDC, 1,7 million d’emplois dans ce secteur sont restés non pourvus au cours de l’année 2012. 
 
Pour y répondre, les entreprises mettent en place une véritable politique de recrutement et recherche des profils techniques précis ayant des connaissances expertes en infrastructures, en plate-forme applicative et location logicielle à la demande. Parmi ces profils très recherchés, on compte ainsi l’ingénieur sécurité, l’ingénieur base de données, l’ingénieur système et réseau et l’architecte cloud.
 
Vers une formation en cloud computing ?
 
Pour l’heure, les recruteurs de compétences cloud sont les grandes sociétés de conseil en informatique, les éditeurs de logiciels, les constructeurs de matériel cloud et les hébergeurs, qui devraient prochainement étoffer leur équipe.
 
Si l’offre de formations en cloud computing reste encore peu répandue, les choses sont amenées à évoluer. Il est déjà possible de suivre une formation courte généralement dispensée par un directeur des systèmes d'information. Par ailleurs, de nouvelles formations voient le jour, telles qu’un Master professionnel Cloud computing & Mobility à l’Université de Picardie, ou encore un cursus autour des meilleures pratiques du cloud à l’École Centrale de Paris.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.