Une plateforme de vente de stupéfiants sur le darknet a utilisé des panneaux publicitaires pour se mettre en avant. Quatre sites russes se partagent le marché de la drogue et alimentent un vaste marché du crime.

Le marché noir entre dans la lumière. Ce dimanche 5 février, plusieurs panneaux publicitaires ont été détournés à Moscou par l’un des plus importants sites darknet russe. Les écrans affichaient une femme portant un masque noir, accompagnée d’un slogan « Viens me voir si tu recherches le meilleur » et le nom de la place de marché illégale BlackSprut.

La transition avec la pub qui suit est si bien réalisée que l’on ne se doute pas une seconde qu’il s’agit d’un piratage ou d’une promotion pour un site frauduleux. Dès lors, on se demande si les hackers ont pris le contrôle de l’écran ou ont corrompu la société responsable. L’un des panneaux a été localisé par Numerama dans un quartier commercial de Moscou, très fréquenté et non loin du centre.

https://twitter.com/CyberRealms1/status/1621965188218986496?s=20&t=z47Uogm_0L1vsYaBcUlX4w

Une concurrence acharnée entre quatre sites

BlackSprut se revendique comme le successeur de la très populaire plateforme Hydra, démantelée par la police allemande il y a bientôt un an. Dans les faits, elle est en concurrence avec trois sites illégaux — OMG, Kraken and Mega qui se partagent à quatre les transactions sur le darknet aujourd’hui. BlackSprut est pour l’instant le leader avec 28% de part de marché des échanges, suivi de Mega, 22% — selon la société spécialisée dans la blockchain TRM Labs.

Ces groupes sont concurrents et les coups de pub comme celui de dimanche ne sont pas nouveaux puisque OMG a déjà projeté son logo sur des immeubles à Moscou, fin décembre dernier. BlackSprut innove dans la vente de drogue avec des chatbots pour commander directement des produits sur Telegram.

Le logo d'OMG! projeté sur un immeuble à Moscou. // Source : Yaroslavka-live
Le logo d’OMG! projeté sur un immeuble à Moscou. // Source : Yaroslavka-live

Si les places de marchés sur le darknet vendent à peu près tout et n’importe quoi – armes, pornos, service de piratage – ces sites sont d’abord spécialisés dans les narcotiques. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a enfermé le pays dans ses frontières, rendant difficile les échanges et les transactions avec l’extérieur. Le marché noir et les échanges en crypto deviennent d’autant plus importants sur ces sites.

Certaines plateformes sont directement liées à des hackers sponsorisés par le Kremlin et leur servent de financement pour leurs opérations de piratage. Alexey Milchakov, mercenaire russe ouvertement nazi, combattant actuellement en Ukraine, a confirmé avoir payé des milices grâce à OMG!, Mega, et BlackSprut. En somme, la drogue permet de financer la guerre.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !