Airbnb s'engage à héberger gratuitement et temporairement 100 000 réfugiés au cours des 5 prochaines années. Pour ce faire, le leader de la location de logements entre particuliers mise notamment sur l'implication de ses membres.

Après s’être opposé publiquement au décret anti-immigration de Donald Trump, Airbnb, le leader mondial de location de logements entre particuliers, s’engage à héberger provisoirement 100 000 réfugiés au cours des 5 prochaines années — soit jusqu’en 2021.

Dans un communiqué publié sur son blog, l’entreprise souligne les difficultés rencontrées par ces populations fragilisées pour s’intégrer au sein d’une communauté : « Les personnes qui ont été forcées de migrer, que ce soit à cause de guerres, de conflits ou d’autres raisons, ont tendance à ne pas être acceptés. Ils ont littéralement besoin d’un lieu dont ils se sentent membres et c’est pour cela que nous avons décidé d’agir. »

Réfugiés de guerre et de catastrophe naturelle

La plateforme de location appelle déjà ses membres, avec plusieurs propriétaires bénévoles, à héberger les personnes qui fuient des conflits ou des persécutions ainsi que des victimes de catastrophe naturelle. Elle avait déjà mis en place ce genre d’initiative après le passage destructeur de l’ouragan Matthew sur la côte Est américaine en 2016.

Outre cet engagement — dont il n’a pas précisé les modalités, à l’exception de son appel à la générosité — ,Airbnb va donner 4 millions de dollars à l’International Rescue Committee, une organisation non gouvernementale (ONG) qui vient en aide aux populations fragiles touchées par les guerres et les violences.

Derrière ce projet, l’entreprise veut aussi réaffirmer son engagement pour lutter contre la discrimination raciale, elle qui est bien consciente du comportement raciste de certains de ses utilisateurs : « Nous ne pouvions pas parler de tolérance dans le monde sans mentionner les défis qui concernent notre propre communauté. La triste vérité, c’est que des clients d’Airbnb ont été victimes de discriminations, un aspect totalement opposé à nos valeurs. »

Face à ces comportements, différentes plateformes de location communautaire ont vu le jour, comme par exemple NoirBnb ou MuzBnb.

À lire sur Numerama : Airbnb prépare une plateforme de réservation de vols

Partager sur les réseaux sociaux