Netflix a lancé une opération promotionnelle pour la saison 3 de Narcos. Avec l'aide du casting de la série, la plateforme de la SVOD a concocté un message bien particulier pour les internautes français.

Il faut bien le reconnaître, c’est plutôt culotté de la part de Netflix. Pour accompagner le lancement de la troisième saison de Narcos, disponible sur la plateforme de vidéo à la demande avec abonnement depuis le mois de septembre, l’entreprise américaine a décidé de faire une campagne promotionnelle un peu particulière, en jouant sur le fait que les personnages principaux sont des gros durs avec lesquels il ne vaut mieux pas plaisanter si l’on veut rester en bonne santé.

En effet, plutôt que de se limiter à la diffusion de quelques bandes annonces, Netflix a mis en scène une partie du casting de la série — qui, rappelons-le, suit, de façon romancée, la vie du narcotrafiquant Pablo Escobar, et les cartel de Medellín face aux forces de l’ordre — pour envoyer un « avertissement » aux internautes qui seraient tentés de voir la série ailleurs que sur les canaux de distribution légaux de la série. En clair, ailleurs que sur Netflix.

On note ton nom, hijo de puta.

« Hé toi. Oui, toi. Tu te crois malin ? Tu crois qu’on ne te voit pas chercher ‘télécharger Narcos saison 3’ sur Google ? Fais pas le con… Narcos, c’est un business. Si tu veux du divertissement, si tu veux ta série, tu dois payer le cartel de Cali, hijo de puta. tu croix qu’on fait comme Hadopi ? Tu penses qu’on va t’envoyer une gentille petite lettre de prévention ? ‘Madame, Monsieur, pouvez-vous s’il vous plaît ne pas télécharger Narcos illégalement ? », lancent tour à tour les quatre narcotrafiquants.

« On ne fait pas de lettre de courtoisie. […] Il y a des balles pour toi, ta famille et pour tous les gens que tu as envoyé regarder narcos sur ces sites pourris remplis de pop-ups douteux. Tu sais où nous trouver. Rigole pas avec nous, hijo de puta », concluent les malfrats, avant de laisser place à un bandeau de Netflix indiquant que « c’est leur dernier avertissement ». Il n’y a pas de réponse graduée avec le cartel. Il n’y a qu’une seule réponse et elle est à bout portant.

On ne fait pas de lettre de courtoisie. Il y a des balles pour toi

Ce qui est cocasse avec ce spot, c’est qu’il a tendance à renverser la lecture que l’on peut avoir du piratage. Jusqu’à présent, les ayants droit présentaient le téléchargement illicite comme une menace directe pour la survie des artistes. On se souvient par exemple de cette campagne menée en 2010 qui affirmait que pirater de la musique, c’est tuer un artiste. En 2017, faut-il comprendre que ce n’est pas l’auteur qui est tué par le piratage, mais l’internaute ?

L’opération marketing est plutôt bien jouée de la part de Netflix, même si cela ne va peut-être faire rire la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, qui aimerait qu’on la prenne au sérieux plutôt que d’être véhicule humoristique d’une plateforme de SVOD américaine. Ce n’est en tout cas pas la première fois que l’on se sert de l’image d’Hadopi pour faire passer un message anti-piratage. En 2012, un spot de CanalSat avait aussi composé dessus, mais de façon plus discrète.

Partager sur les réseaux sociaux