Lentement mais surement, la plateforme vidéo de Google semble abandonner la priorité mise sur sa formule payante Red. Elle préfère au contraire développer des contenus gratuits, exclusifs, pour atteindre les clients de la SVoD grâce à un modèle plus proche de la télévision classique.

Ce jeudi, YouTube profitait de la conférence NewFronts à New York pour dévoiler sa nouvelle stratégie pour les contenus. Alors qu’il y a encore un an, la plateforme misait sur un abonnement payant nommé Red, pour lutter contre la SVoD et produire ses propres contenus payants, YouTube semble avoir définitivement changé son fusil d’épaule.

Désormais, il n’est plus question pour Google de faire payer des contenus exclusifs à quelques abonnés. Au contraire, Mountain View parie sur des contenus produits grâce à des financements maison mais distribués gratuitement, en échange de publicités. 

YouTube espère que la création et diffusion de talk shows, documentaires et spectacles lui permettra de capter l’intérêt d’annonceurs plus premium en proposant pour ses formats des nouveaux contrats aux marques intéressées.

Pour séduire internautes et annonceurs, la société ne parie par ailleurs plus autant sur ses starlettes comme ce fut le cas au début de Red — les programmes originaux étaient co-réalisés avec des youtubeurs célèbres — mais sur les célébrités du petit écran déjà installées. Ainsi, ce sont des millions de dollars qui ont été alignés par Moutain View pour s’offrir des grands noms.

Des têtes d’affiche du petit écran

À la conférence new-yorkaise, Kevin Hart, comédien et humoriste, confirmait qu’il participerait à la création d’un programme régulier pour YouTube. L’homme qui a sillonné l’Europe avec son stand-up confiait par ailleurs que sa présence sur la plateforme vidéo de Google lui avait permis de donner une aura internationale à sa carrière. Hart animera un talk What the Fit ? sur sa propre chaîne Laugh Out Loud Network déjà suivie par plus de 700 000 personnes.

Ellen DeGeneres, faisant également partie de la line-up de YouTube, animera quant à elle un show régulier sur la plateforme. Celui-ci mettra en scène les coulisses du talk-show de l’animatrice, un des plus suivis aux États-Unis.

Le présentateur de radio, Ryan Seacrest, a de son côté confirmé la production d’un radio-crochet en ligne Best.Cover.Ever, en s’inspirant du vieil amour de YouTube pour les reprises des grands titres par des interprètes en herbe. Katy Perry et Demi Lovato font également partie du programme de Google : les deux chanteuses proposeront des documentaires sur leurs tournées.

YouTube Historique

Pour Bloomberg, le coût de l’opération réalisée par YouTube se chiffre en centaines de millions de dollars. Un budget qui sera consacré, durant toute l’année 2017, à produire plus de 40 programmes exclusifs et consolider son offre publicitaire en se rapprochant, plus que jamais, d’une chaîne de télévision traditionnelle.

La fiction n’est toutefois pas au programme pour le moment, Google se sachant plus en danger sur ce secteur face à Netflix ou Amazon dont les investissements financiers dépassent largement ceux de YouTube. Pour rappel, Netflix prévoit un coffre au trésor de plus de 6 milliards de dollars pour produire ses shows cette année et Amazon s’approche des 5 milliards.

Partager sur les réseaux sociaux