Greenpeace pointe du doigt les fabricants de consoles de jeu vidéo. Sony, Microsoft et Nintendo sont accusés par l'association écologiste d'utiliser pour leurs consoles des matériaux toxiques normalement interdits dans la fabrication des jouets, et qui seraient notamment néfastes pour la mémoire et le développement sexuel. Faut-il s'inquiéter ?



Que ce soit la Wii, la Playstation 3 ou la Xbox 360, toutes les consoles nouvelle génération contiennent des substances chimiques dangereuses telles que le chlorure de polyvinyle (PVC), les phtalates, le béryllium et les retardateurs de flamme bromés. Dans son rapport intitulé « Playing Dirty » (.pdf), Greenpeace épingle les trois principaux constructeurs de console de jeu, dont les efforts sont remarqués mais jugés insuffisants. Aucun ne sort vraiment du lot.

Sony et Nintendo sont pointés du doigt pour les forts taux de brome employés (13,8 % pour la PS3 et 12,5 % pour la Wii), tandis que Microsoft utilise du DINP, un phtalate dangereux. Certaines des substances peuvent entraîner des problèmes de mémoire, et de développement sexuel en particulier chez les jeunes hommes.

Formellement, chacun des trois constructeurs respecte les normes européennes. Mais Greenpeace précise que c’est parce que les consoles de jeux vidéo ne sont pas considérés comme des jouets par l’Union Européenne, alors que les substances analysées sont interdites dans la composition de jouets pour enfants vendus dans les pays membres. « Aujourd’hui, aussi bizarre que ça puisse paraître, les consoles de jeu ne sont pas considérées comme des jouets. Qu’elles le soient ou non, il est inadmissible qu’elles contiennent des substances chimiques dangereuses pour l’environnement et la santé humaine« , s’inquiète Zeina Al Hajj, de Greenpeace international. Selon l’association, les fabricants disposent d’ores-et-déjà des moyens techniques pour concevoir et produire des consoles plus sûres.

Microsoft s’est d’ailleurs engagé à supprimer tout PVC et l’ensemble des retardateurs de flamme bromés d’ici 2010. Sony supprimera aussi les PVC et certains retardateurs à la même échéance, mais uniquement pour ses produits mobiles. Quant à Nintendo, le constructeur japonais refuse de donner un calendrier pour la suppression des PVC.

De quoi faire peur aux joueurs. Mais attention à ne pas céder à la panique. Interrogée par Le Point, Céline Boudet, responsable de l’unité d’expertise toxicologique des substances chimiques à l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques) modère les dangers. « Pour mesure le danger, ce n’est pas tant le taux qu’il faut envisager que le potentiel de rejet dans l’air. Or, les phtalates ne sont pas volatiles et même s’il y a un phénomène de réchauffement dû à l’activité de la machine, le potentiel de « largage » est moindre« , explique-t-elle. Surtout, « il y a un danger mais a priori uniquement lorsque le plastique qui contient les phtalates est porté à la bouche, voilà pourquoi on l’interdit dans les jouets. Mais a priori, les consoles de jeu ne sont pas utilisées par des enfants en bas âge qui risquent d’ingérer le plastique« .

Quant aux autres substances, elles sont déjà largement répandues et leur présence dans les consoles de jeu n’a donc rien d’exceptionnel, et surtout la nouvelle réglementation européenne va de toute façon obliger les constructeurs à trouver des alternatives.


Ce qu’il ne faut pas faire…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés