Playstation 3

Même s’il est établi que pirater la PS3 ne sert à rien, Sony a quand même l’intention de sortir l’arme judiciaire contre les pirates qui hackent le firmware de la nouvelle console PlayStation. « La meilleure chose que nous puissions faire en tant que société est de rendre notre sécurité beaucoup plus forte et de poursuivre aggressivement en justice tous ceux qui sont pris en train d’utiliser une faille de façon illégale », a confié à GamesIndustry le porte-parole de Sony Computer Entertainment America, Dave Karraker.

Sony semble donc viser à la fois ceux qui ont mis au point le crack du firmware 1.10 et 1.11 de la Playstation 3 que ceux qui utiliseraient ce hack pour jouer à des jeux piratés. Notez toutefois que pour le moment, le hack permet uniquement de booter sur des jeux piratés, mais pas d’y jouer. Sony préfère toutefois prévenir que guérir.

Les actions en Justice ne devraient toutefois en pratique qu’être un dernier ressort. A l’image de Microsoft qui bannie les joueurs hackeurs de son Xbox Live, Sony pourra détecter les firmwares hackés et bannir les joueurs du PlayStation Network. Reste aussi la menace financière, qui fonctionne plutôt bien à 600 euros la console : « Naturellement« , prévient Kerraker, « toute utilisation d’une faille sur le système logiciel annule toute garantie sur le système PlayStation 3… ce qui pourrait être une erreur coûteuse simplement pour vérifier que vous pouvez faire tourner un vieux CD de jeu SEGA dessus« .

Naturellement, on s’abstiendra de dire à quel point il peut être ironique pour Sony de soulever l’arme judiciaire contre les hackers, lorsque lui-même a été condamné pour avoir introduit des hacks dans les CD musicaux vendus aux consommateurs…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés