Selon une étude (.pdf) de Vidmet, près d’une vidéo sur 10 uploadée sur YouTube serait ensuite retirée à la demande d’un ayant droit. Entre le 9 décembre 2006 et le 22 mars 2007, 9,2 % des vidéos ont ainsi été retirées à la demande principalement de Time Warner, NBC, Viacom et la NBA. Sur 621 vidéos retirées, seules 5 l’ont été à la demande de la RIAA, qui protége les intérêts des maisons de disques. Inversement, l’étude laisse entendre que plus de 90 % des vidéos présentes sur YouTube seraient donc « clean » au regard du droit d’auteur, puisque non retirées. Une affirmation sans doute précipitée puisque surveiller YouTube et envoyer des requêtes de retrait est une procédure coûteuse que ne peuvent s’offrir que les ayants droits les plus forts.

Viacom, qui a porté plainte contre YouTube et exige 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires, est l’ayant droit qui compte le plus de visionnages de vidéos retirées par la suite (40 % des 9,3 %). Si l’on extrapole l’échantillon de Vidmet, 3,7 % de l’ensemble des vidéos présentées sur YouTube violeraient les droits du conglomérat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés